M. le premier ministre Higgs, de nombreuses personnes sont laissées pour compte par les systèmes de filtrage qui prennent de l’ampleur et qui ne sont rien d’autre que des refus de services déguisés.

Tout a commencé avec le système de triage des urgences qui devait aider à établir la priorité de service selon la gravité de la condition du patient. Or, ce système s’est répandu dans d’autres sphères d’activités et sert maintenant à réduire insidieusement l’accès aux services.

En santé mentale, les employés procèdent à un filtrage pour déterminer si le danger est imminent ou non, si la personne est suicidaire ou si la vie d’autrui est à risque, et sinon, son nom est placé sur une liste d’attente.

Service NB procède aussi à un filtrage lorsqu’une personne demande à parler à un médiateur des loyers, agissant ainsi comme une barrière à l’accès.

Lorsqu’il s’agit d’un signalement au sujet de la protection d’un enfant ou d’un adulte, le ministère du Développement social procède également à un filtrage – qui se fait à distance – et au terme duquel on détermine si le signalement est approuvé ou non, avant de procéder à une enquête.

Ainsi, le filtrage donne lieu à des coupures de services, un ralentissement dans le délai de réponse et l’imposition de démarches accrues pour accéder aux services publics.

Veuillez nous dire si vous êtes prêt à revoir cette politique qui a un impact négatif sur la qualité des soins et services.

Claude Snow
Comité des 12

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle