Dans un long article du journaliste Justin Dupuis en page 2 de l’Acadie Nouvelle du 18 novembre, la ministre de la Santé, Dorothy Shephard annonce une partie du plan que la province veut mettre en vigueur «pour améliorer les soins de santé au Nouveau-Brunswick.»

Elle souhaite faire appel à «des coachs de vie» et à «des réflexologues» pour offrir un accès plus rapide aux services. Combien de personnes ont déjà entendu parler de ces méthodes non traditionnelles d’intervention? Très peu à mon avis!

À un certain moment, je me suis aussi demandé si la ministre Shephard n’allait pas suggérer aux gens d’avoir recours aux «liseuses de cartes» ou aux personnes qui voient ou interprètent les feuilles de thé au fond de la tasse, pour guérir ou atténuer certains malaises. Plusieurs de nos ancêtres avaient confiance à ses pseudo-thérapies pour se libérer des problèmes d’angoisse ou encore pour prédire l’avenir.

La ministre Shephard a bel et bien indiqué que «le réseau de soins primaires qui sera mis en place» permettra de diriger les patients vers les services appropriés. Cela reste à voir dans le contexte actuel. Il faut être patient de nos jours si l’on veut avoir un rendez-vous avec un médecin. On attribue cette situation à la COVID-19. Et ce virus ne semble pas vouloir disparaître, tant au Nouveau-Brunswick qu’ailleurs au pays et même dans le monde.

Selon l’Acadie Nouvelle, la Société médicale du N.-B. n’a pas voulu se prononcer sur le plan de la ministre Shephard de faire appel à des réflexologues ou à d’autres chamans. Elle agit avec prudence et je la félicite.

Marcel Arseneau
Moncton

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle