Après une bonne trentaine d’études et de consultations sans précédent malgré le difficile contexte de la COVID, le ministre Allain annonçait jeudi une importante réforme de la gouvernance locale dans l’ensemble de la province. Le ministre avait auparavant annoncé des changements significatifs et historiques; il a tenu parole.

Ayant nous-mêmes été engagés depuis plus d’une quinzaine d’années à faire avancer le dossier du renforcement de la gouvernance locale, nous sommes bien en mesure de comprendre la grande sensibilité et la complexité de tout changement qui touche les structures et le financement des municipalités et des districts de services locaux. Nous reconnaissons le courage du gouvernement provincial à s’attaquer résolument à ce défi de toute première importance pour le développement de nos communautés, de nos régions et de la province. Les gouvernements précédents, tous partis politiques confondus, ont échoué depuis une cinquantaine d’années à résoudre, une fois pour toutes, le déficit démocratique et le dysfonctionnement de la gouvernance locale au N.-B. Il faut reconnaître que la présente réforme est la plus audacieuse depuis celle de Chances égales pour tous.

Il sera impossible d’établir un consensus au sein de l’ensemble de la population ou de toutes les communautés sur une solution parfaite à tous les problèmes de gouvernance locale au N.-B. Nous pourrions poursuivre sans succès les études et les consultations pendant encore 10, 15 ou 20 ans. Sauf qu’après cinq décennies et 30 études, il est temps de passer à l’action!

Le gouvernement a élaboré une réforme cohérente qui apparaît équitable et porteuse d’avenir. Le ministre Allain aurait pu aller plus loin en imposant le rapport Finn, ou moins loin en privilégiant un modèle comme celui de la Colombie-Britannique. Il a choisi une approche plus mesurée qui fait place à des compromis et qui se veut adaptée à la réalité du N.-B. C’est très bien ainsi. Pour le bien de nos communautés et l’avenir de notre province, nous devons nous rallier et mettre l’épaule à la roue pour réussir cette première étape de la réforme.

D’autres questions feront l’objet de discussions plus approfondies au cours des deux ou trois prochaines années, notamment celles touchant les routes et la fiscalité. Nous serons toutefois de mieux en mieux outillés pour y participer de façon active et constructive.

Il est maintenant essentiel de s’engager à la réussite de la réforme.

Frédérick Dion
Ex-directeur général de l’Association francophone des municipalités du N.-B. (2011-2021)

Lise Ouellette
Ex-directrice générale de l’Association francophone des municipalités du N.-B. (2004-2011)

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle