Vous souvenez-vous de la fable de La Fontaine où une mouche croit aider le cheval à tirer son cocher en s’agitant près de celui-ci? Nos élus ne ressemblent-ils pas à cette mouche?

J’ai l’impression que c’est nous qui par une taxation de plus en plus virulente tirons le cocher. Voilà que les prix montent partout, en raison de la pénurie, semble-t-il.

Produire moins, créer une rareté, augmenter les prix, est-ce la nouvelle façon que les grosses entreprises ont trouvée pour optimiser leur rentabilité?

Que font nos élus dans ces dossiers? Bla, bla, bla comme dirait Greta Gainsbourg.

Le but ultime ne semble pas de défendre nos intérêts, mais d’être au pouvoir et défendre les visions du parti. Chez nous, c’est défendre les intérêts des Irving, les intérêts du Sud, surtout de Saint-Jean, lieu de résidence de M. Higgs et son ami.

Cette ceinture économique que constituent Boston, Saint-Jean, Moncton et Halifax, là où tout doit se développer selon une vieille théorie économique. En dehors de ces agglomérations, point de salut.

Les mini centrales nucléaires sont pour remplacer la perte de Pointe Lepreau qui doit fermer en 2040. Des emplois dans le Sud qu’on aura payé par les coûts d’électricité qui montent constamment dû à une mauvaise gestion de cette société.

Que dire de nos réseaux de santé, qui semblent aussi sous une gestion déficiente?

Que dire de cette pandémie qui prend une ampleur très inquiétante?

Que dirent des non-vaccinés qui proclament leurs droits et oublient leurs responsabilités de se protéger et de protéger les autres?

Que dire de ces gens de l’extrême droite, amis de Donald Trump qui vocifèrent contre le gouvernement et toutes les institutions?

Le patriotisme est-il le dernier refuge des ignorants et le premier recours du tyran?

Cette caste des gens censée protéger la société se rend souvent coupable d’extorsions. Que de proclamations au nom de ses droits et peu de responsabilités face à la société. Nous sommes dans une ère d’accusation et de fausses vertus. Qu’en pensez-vous?

Quand je regarde Énergie NB, la gestion de la santé et de la pandémie, est-ce que je me trompe quand j’ai l’impression que si la politique et la ligne du parti prennent le dessus sur la science et la gestion nous créons une société qui oublie le bien et l’intérêt de la population?

Quand Higgs attend pour se prononcer, la deuxième partie du rapport sur les langues officielles qui traitera de cours d’immersion pour anglophones, son plan est-il de s’assurer que moins de francophones occupent des postes importants au gouvernement? L’évaluation de la langue seconde sera-t-elle de pouvoir dire: «Bonjour, je parle un peu la française»?

En 2022, je propose à tous les élus francophones de ne parler que français à la Chambre des communes. C’est un droit, non un privilège. Que leur timidité soit remplacée par cette fierté de s’exprimer en français, qu’ils en fassent un choix et une pratique. La meilleure façon d’affirmer et de défendre nos acquis.

Que la presse les tienne à l’œil…

Quand on apprend que notre premier ministre ne suit plus de cours pour apprendre le français quelle en est votre interprétation?

Mauvais présage surtout que son cabinet fait de même. Nous avons définitivement un gouvernement anglophone.

Est-ce dû à la monopolisation des médias anglophones? La seule préoccupation pour le français de ce gouvernement est de limiter l’usage du français à une traduction sporadique.

Le message à retenir n’est-il pas que seuls nous les francophones maintiendrons l’usage de cette langue avec laquelle ont a appris à s’exprimer, à ressentir nos émotions, à dire nos amours et à vivre.

À nous de prendre cette responsabilité, par notre union, par notre cohésion et par notre détermination.

Dommage d’avoir un tel individu à la tête d’un gouvernement prétendu conservateur, alors qu’il est sans aucun doute d’abord un membre du CoR.

Dommage pour ce parti qui a eu ses Richard Hatfield, Maurice Simard, cette tradition de respect des communautés, des langues.

La démocratie demande d’avoir des partis forts. Cela nourrit les débats.

Espérons que nous aurons un premier ministre et non un «premier sinistre» comme le disait Sol dans un de ses monologues.

Réginald Boudreau
Grande-Anse

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle