J’ai remarqué cet été que les tatouages sont de plus en plus populaires et plus nombreux dans nos milieux. C’est une forme d’art et naturellement, c’est plus visible chez les personnes durant les mois d’été qu’en temps froid…

Les tatouages couvrent parfois une bonne partie des bras et d’autres parties du corps avec une variété de dessins ou de formes, selon les préférences des individus.

J’estime que les personnes qui s’adonnent au tatouage pour gagner leur vie sont de véritables artistes. Comme dans toute forme d’arts ou de dessins, certains sont plus habiles que d’autres.

Il est difficile pour moi de déterminer pourquoi les tatouages sont de plus en plus en vogue. Est-ce quelque chose qui va augmenter ou atteindre un plafond? Je ne saurais le dire.

Une chose est certaine, les «artistes» qui s’adonnent au tatouage ont de plus en plus d’imagination et certainement plus de talent qu’autrefois. Et les demandes des clients deviennent plus sophistiquées, et exigent plus de talent.

J’ai également appris que les tatouages peuvent être enlevés. Ceux ou celles qui s’y connaissent dans le tatouage ont des méthodes pour les enlever, mais il faut s’y connaître. Il est nécessaire d’être bien au courant de ces techniques.

Les tatouages peuvent également avoir un effet négatif. J’ai remarqué que des personnes ont des tatouages qui couvrent le cou et une partie du visage. Ceci me préoccupait. J’en ai parlé à des directeurs d’entreprises pour connaître leurs réactions concernant des parties du visage couvertes de tatouages. L’explication a été claire et nette. Des entreprises hésiteraient à embaucher des personnes avec une partie du visage couvert de tatouages.

Il faut bien l’admettre. Toute forme d’art a ses limites.

Marcel Arseneau
Moncton

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle