J’ai pris connaissance des commentaires de François Gravel dans l’éditorial du journal et lors de son entrevue à Radio-Canada samedi, à propos de la reine.

À mon humble avis, les propos plus modérés et judicieux offerts sur le sujet par Euclide et Herménégilde Chiasson reflètent beaucoup mieux l’opinion de la majorité des Acadiennes et Acadiens que ne le font les commentaires de M. Gravel.

Je comprends très bien le point de vue de l’éditorialiste qui souligne que l’Acadie Nouvelle doit défendre les intérêts des Acadiens. Mais elle devrait aussi refléter les attentes et les attitudes de la grande majorité plutôt que les points de vue des plus militants.

Surtout si elle veut que cette majorité achète et lise notre quotidien.

Dans un autre ordre d’idée, les commentaires plutôt sensationnels du ministre de l’Éducation et de la petite enfance sur les journées de tempêtes (quoi d’autre de neuf?) ne font rien pour inspirer le dialogue sur la question entre les parties.

L’histoire a démontré que les efforts pour contourner les dispositions de la convention collective ont été voués à l’échec, non pas par les enseignantes et les enseignants, mais par les parents.

La question d’une formule comme celle utilisée durant la COVID-19 ne s’applique pas non plus en raison de l’imprévisibilité au niveau des jours de tempête.

Comme le dit si bien la coprésidente de la FENB, il serait peut-être possible d’en arriver à une formule quelconque mutuellement acceptable au niveau d’un Comité relations employés-employeur, mais pas dans les journaux!

Edouard Allain
Hanwell

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle