Je suis fière de voir tant de lettres et de brouhaha dans les lettres. Mais, pour l’amour, il nous faut un nouveau proverbe acadien: «Une plainte officielle vaut dix lettres entre nous!»

Oui, un bon gouvernement saurait ce qui se dit dans les médias acadiens, mais c’est seulement vrai quand il y a bonne volonté.

Une plainte officielle prend moins de temps qu’une bonne lettre et a un bien plus d’impact. Le Commissariat des langues officielles reçoit nombre de plaintes, et ce, même s’ils n’ont pas de campagne publicitaire, et les plaintes reçues sont justifiées et font une différence.

Mais les Kris Austin de ce monde se moquent du peu des plaintes. Il faut aller en ligne, languesofficielles.nb.ca et trouver en bas le bouton jaune «déposer une plainte» et envoie.

Moi, je dépose une plainte moins de la moitié des fois que j’aurais bonne raison de le faire, mais ça vaut la peine pour les rapports de résultats de plainte que le bureau envoie.

Copiez le texte de votre plainte et faites-en une lettre à l’Acadie Nouvelle. On aura une vraie chance d’être entendu.

Rosella Melanson
Fredericton

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle