Le Club Richelieu de Shippagan, membre du Richelieu International favorisant la francophonie de par le monde, est très inquiet face à la situation du français au Nouveau-Brunswick, seule province officiellement bilingue au Canada. De toute évidence, il y a un accroc sérieux au sein du comité sur les langues officielles au N.-B.. Un comité de cette envergure se doit d’être impartial.

Tout comme on choisit les membres d’un jury en cour lors d’une décision de haute importance, et ce pour respecter les notions chères à notre démocratie, il faut s’entourer de membres conscients des besoins d’une société telle que la nôtre. Si un citoyen semble avoir un préjugé face à une situation, il est éliminé à cause justement de ses préjugés. Il faut faire preuve d’impartialité. Ici, on semble avoir fait certains choix pour leurs préjugés. D’un ridicule incroyable…heureusement, le ridicule ne tue pas.

Vous conviendrez que cette décision n’est nullement une décision politique raisonnable. Ce n’est pas, non plus, une décision qui devrait encourager le clivage entre francophone et anglophone. Nous sommes une société unique et fière de son bilinguisme, un atout à chérir.

Ce droit au bilinguisme a été difficilement acquis grâce à l’ancien premier ministre acadien libéral Louis Robichaud qui a implanté la Loi sur les langues officielles de 1969. Puis, le premier ministre conservateur de 1970 à 1987, Richard Hatfield, a adopté la loi 88 qui reconnaît l’égalité des deux communautés linguistiques officielles au NB. Un anglophone de surcroît.

Tant libéraux que conservateurs voulaient de cette société ouverte au multilinguisme officiel. Tant francophones qu’anglophones voulaient de cette société. Une richesse incroyable pour qui sait s’en approprier.

Ne nous laissons pas emporter dans des débats blessants et cicatrisants.

Respectons la belle histoire de notre Nouveau-Brunswick.

Le Club Richelieu de Shippagan, tient à apporter son soutien et remercier tous les organismes et individus qui par leurs paroles, écrits ou chansons font du français une langue à aimer.

Jean-Gérard Chiasson
Président
CLUB RICHELIEU DE SHIPPAGAN

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle