M. Steven Guilbeault, ministre fédéral de l’Environnement, nous avons suivi avec grand intérêt la COP15 qui vient tout juste de se terminer. Nous nous sommes arrêtés tout particulièrement sur vos cibles suivantes:

Cible 2: S’assurer qu’au moins 30% des milieux naturels dégradés seront en restauration d’ici 2030.

Cible 7: Réduire de 50% les risques associés aux pesticides.

Cible 18: Recenser les subventions néfastes pour la biodiversité d’ici 2025. Les réduire d’au moins 500 milliards $ américains d’ici 2030.
Bravo pour tous vos efforts dans ce dossier qui nous tient particulièrement à cœur et qui déterminera la suite des choses pour les êtres humains d’aujourd’hui et ceux qui nous suivent.

Maintenant, vous êtes à l’étape de la mise en place d’actions pour atteindre les objectifs qui feront de la COP15 un tournant important pour l’humanité. Comme le dit si bien le dicton: le diable se cache dans les détails.

Nous vous ramenons donc dans la province du Nouveau-Brunswick. Dans le rapport de la Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef par intérim, en 2016:

– Au Nouveau-Brunswick, le glyphosate est utilisé en foresterie plus fréquemment que la moyenne canadienne.

– Le N.-B. vient au deuxième rang parmi les provinces (après l’Ontario) en hectares de terres forestières traitées avec du glyphosate en 2014.

– Parmi les terres forestières traitées avec du glyphosate en 2014 au Canada, 28% se trouvaient au N.-B. (petite parenthèse ici: la superficie du NB ne représente que 0,7% de la superficie canadienne).

– Les schémas d’utilisation du glyphosate au N.-B. diffèrent considérablement par rapport à ce qu’on observe à l’échelle mondiale: la foresterie constitue, et de loin, le secteur prédominant au N.-B. (61% de l’utilisation de glyphosate en 2014).

On nous dit souvent que la foresterie est du domaine provincial. Depuis plus d’ une décennie, nous nous acharnons auprès de nos élus provinciaux pour faire changer les choses. Malheureusement, le pouvoir économique a pris le contrôle de nos élus il y a bien longtemps!
Vous ne devez pas ne pas savoir tout le contrôle que la famille Irving exerce ici dans notre province.

Cela dit, la COP15 nous donne espoir que notre gouvernement fédéral pourra intervenir dans nos forêts en mettant en place les 23 cibles de l’accord de Kunming-Montréal sur la biodiversité au N.-B. comme ailleurs au Canada.

À la suite de cet accord, il faut repenser nos façons d’aménager nos forêts qui passent trop souvent par la coupe à blanc, la plantation d’épinettes (quand on nous dit qu’on plante différences espèces, ce ne sont que diverses espèces d’épinettes….) et la pulvérisation d’herbicides afin de détruire toutes les autres espèces, dont le bois dur si cher à nos artisans, nos acériculteurs, nos touristes ainsi qu’à nos amateurs de plein air et de nature.

À ce moment-ci, nous voulons savoir quel sera l’impact direct de la COP15 sur les forêts de notre province et leur diversité. Allons-nous voir des changements concrets dans les pratiques d’aménagement des forêts? Des changements s’imposent si nous voulons contrer les défis des changements climatiques: selon nous, la coupe à blanc et l’usage de pesticides pour tuer les feuillus ne font plus partie des avenues possibles.

En arrosant nos forêts de pesticides, nous tuons la biodiversité et la capacité de nos forêts à s’adapter aux changements climatiques. En forêt, il existe des alternatives à l’usage de ces pesticides et l’exemple concret est celui du Québec où on ne les utilise plus sur les terres publiques depuis 2001.

Comme première étape, il faudrait certainement abolir toutes les subventions qui touchent directement ou indirectement l’industrie forestière si des changements ne sont pas apportés à leurs pratiques actuelles, que ce soit à travers l’APECA ou autres.

Merci pour l’intérêt porté sur la diversité, car il est grand temps que l’être humain réalise que l’environnement n’évolue pas à l’extérieur de lui, mais nous en faisons tous partie. Nous ne pouvons pas nous dissocier l’un de l’autre.

Francine Lévesque
André Arpin
Membres du groupe EcoVie
Kedgwick River

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle