Je lisais l’article de Stéphane Paquette, paru le 13 janvier dernier, concernant la croissance fulgurante de Moncton et dans lequel on mentionne (John Wishart, directeur général de la chambre de commerce) que pour garder le plus grand nombre des 8700 nouveaux citoyens, on doit leur trouver des logements, des soins de santé, des écoles et du travail.

Curieusement, quand tu es un immigrant de l’intérieur (Canadien, Québécois, Ontarien…), personne ne te vient en aide pour t’aider à t’intégrer, t’expliquer comment ça fonctionne ici, donner une liste d’épicerie, diriger ces nouveaux arrivants vers les services offerts par le gouvernement. Puisqu’il faut bien se l’avouer, on vit un dépaysement, peu importe la capacité d’adaptation de chacun, qui peut être plus ou moins difficile selon le groupe d’âge auquel vous appartenez! Niet, nada, rien, zéro!

Par contre, on nous assomme avec des hausses de taxes vertigineuses (peu importe le service de contestation), des augmentations de valeurs municipales honteuses, frisant l’illogisme. Et que dire du coût de la vie qui connaît des sommets.

On est en droit de se demander si le gouvernement progressif-conservateur gère comme un «bon père de famille» quand on prend connaissance des surplus financiers et de son immobilité à aider ses citoyens qui sont gravement dans le besoin, en investissant dans la santé, par exemple, dans l’éducation, dans le bien-être du peuple.

Et que dire de ses politiques de récupération où l’on ne récupère carrément rien, où on met aux ordures des matières qui seraient recyclables. On peut penser aux politiques de consignes où tout est à la charge du consommateur; on nous charge des frais de consignation, mais les marchands n’ont aucune responsabilité dans cette récupération. Le consommateur doit ramasser les objets consignés, les entreposer et aller les vendre dans un endroit particulier (Nigadoo) à ses frais. Pensons-nous vraiment que toute la récupération des objets consignés est réalisée minutieusement?

Je crois que comme citoyen responsable, nous devons unir nos forces, faire front commun pour espérer que nos dirigeants prennent en considération le bien-être de la population et de mettre de l’avant des politiques responsables de l’environnement pour le futur sans se mettre la tête dans le sable.

Daniel Roy
Pointe-Verte

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle