En réaction aux commentaires de la chroniqueuse Jessica Savoie dans l’Acadie Nouvelle du 21 janvier, Foyers de Neguac: pourquoi pas à des gens d’affaires de la communauté?

La situation des foyers de soins spécialisés de Neguac et la façon dont le ministère du Développement social l’a géré est inacceptable, et ce, tant pour les employés que pour les résidents et leurs familles. Cette situation aurait pu être évitée si le Développement social s’occupait des aînés de façon adéquate, selon les normes.

Cette fermeture ne devrait pas surprendre outre mesure la population et nos députés. L’Association des ainés francophones du N.-B., dans un rapport sorti en juin 2022, a sonné l’alarme sur la maltraitance, les abus et l’intimidation envers les aînés en foyer de soins.

Selon ma compréhension du rapport de l’Association des ainés, cette situation envers les personnes âgées dans notre province est une problématique qui s’étend au-delà de la région de Neguac. Il est donc inexcusable que le gouvernement n’ait pas encore aujourd’hui daigné réagir au rapport de l’Association des ainés francophones.

Je suis toutefois abasourdi des propos de Jessica Savoie, lorsqu’elle se réfère à l’immigrant qui a géré ce foyer de soins, comme si l’immigrant et les affaires au N.-B. sont incompatibles. Ces propos ne font qu’augmenter l’aversion que certaines personnes ont envers les immigrants.
Dans la situation de Neguac, c’est le cas d’une personne qui a des antécédents de poursuites au civil et à qui on a octroyé aveuglément un permis d’opération.

C’est au-delà de l’entendement que ce gouvernement, qui a lui-même une poursuite envers cet individu, lui confie les soins de nos personnes les plus vulnérables.

Je crois fermement que Dorothy Shephard, ministre du Développement social et ex-ministre de la Santé doit démissionner de son poste, car elle est ultimement responsable de ce fiasco au niveau des soins à nos aînés dans la province.

Comme je le disais précédemment, l’Association des aînés francophones a produit un rapport sur l’état des soins envers nos aînés. Notre devoir comme population est de l’appuyer en faisant des pressions auprès de nos députés et sur le gouvernement. Nous devons exiger de l’imputabilité et de la transparence.

Chaque semaine, nos députés devraient amener le rapport sur le parquet de la chambre législative et exiger des réponses de la part du gouvernement.

Nous les francophones, avons créé des institutions pour promouvoir et défendre nos droits et notre culture. C’est donc à nous d’en faire écho et d’agir dans la mesure de nos moyens et d’exiger des meilleurs services pour nos aînés, tant en institution qu’à domicile.

Norma McGraw
Petit-Tracadie

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle