NLDR: Le Nouveau-Brunswick compte de plus en plus d’adeptes de bières artisanales. Aujourd’hui, à peu près chaque région de la province a sa ou ses microbrasseries. L’Acadie Nouvelle a sillonné les routes de la province afin de vous faire découvrir les nombreuses facettes de la bière artisanale et les retombées qu’a cette industrie.

Grâce aux quelque 60 petits producteurs de bière dispersés sur son territoire, l’industrie de la microbrasserie offre un intéressant potentiel de développement touristique, constatent les brasseurs artisanaux.

L’industrie touristique pèse lourd dans l’économie du Nouveau-Brunswick. D’après des chiffres du ministère du Tourisme, ce secteur d’activité, qui emploie entre 30 000 et 40 000 Néo-Brunswickois, contribue à hauteur de 520 millions $ au PIB annuel de la province, ce qui en fait un pilier économique.

Selon l’Association des producteurs d’alcool artisanal du Nouveau-Brunswick, l’importance qu’a le tourisme dans la province a grandement contribué au développement et au succès de ses microbrasseries.

«Le tourisme a été un moteur pour le développement de notre industrie, dit Christine Comeau, directrice générale de l’APAANB. Depuis plusieurs années, les touristes montrent de plus en plus d’intérêt pour les produits du terroir et les produits locaux. Grâce aux nombreux touristes qui se promènent ici, le Nouveau-Brunswick a offert un environnement propice pour de petites entreprises d’alcool artisanal.»

Si dans le passé l’industrie brassicole a pu compter sur le tourisme pour se développer, les microbrasseries attirent aujourd’hui un nouveau genre de touriste dans la province, ajoute Mme Comeau.

«Beaucoup de gens adorent faire des “beercations” ou du tourisme brassicole, constate-t-elle. Ces touristes voyagent un peu partout afin de découvrir de bonnes bières. Puisque les producteurs d’alcool artisanaux peuvent être une destination touristique pendant toute l’année, ça offre des occasions intéressantes.»

Denis Côté, l’un des propriétaires des Brasseux d’la Côte, dit l’avoir constaté dans sa brasserie à Tracadie.

«L’été et l’automne, on voit beaucoup de touristes québécois et européens qui viennent ici et qui veulent goûter les produits locaux. Ce sont des gens qui souhaitent goûter quelque chose d’unique et c’est vraiment très recherché», explique M. Côté, qui dit lui-même être un amateur du tourisme brassicole.

Plusieurs villes commencent à comprendre les occasions qu’offre le tourisme brassicole. Saint-Jean et Fredericton ont par exemple toutes les deux une page internet où sont offerts des parcours qui permettent de faire découvrir les bières artisanales offertes sur le territoire de leur municipalité. Afin d’appuyer les brasseries et les cidreries membres de l’APAANB, l’association a aussi lancé BrasseNB, un site qui propose lui aussi de nombreuses idées d’excursions brassicoles d’une journée ou plus un peu partout dans la province.

Le CAVOK, une microbrasserie située à Dieppe, accueille d’ailleurs régulièrement des visiteurs qui font la tournée des microbrasseries de la région de Moncton.

«En ville, beaucoup de gens font le tour des brasseries en vélo, par exemple, explique Serge Nadeau, l’un des copropriétaires du CAVOK. Ça se fait beaucoup à Fredericton et à Moncton et on accueille souvent ce genre de clients chez nous.»

Le littoral, un trésor à développer

Depuis juin, le CAVOK compte aussi parmi sa clientèle des touristes venus profiter des côtes du Nouveau-Brunswick grâce à son nouvel emplacement à la plage l’Aboiteau à Cap-Pelé.

D’après M. Nadeau, la terrasse du nouveau bar, qui offre de magnifiques couchers de soleil sur la mer, montre bien que le littoral de la province est encore mal mis en valeur.

«À Cap-Pelé, la plage nous permet d’aller chercher une clientèle différente. J’ai des clients de l’extérieur de la province qui ont des chalets dans la région et qui viennent à la plage ici depuis 20 ans et ils m’ont dit ne pas comprendre pourquoi il n’y avait pas un endroit comme celui-ci avant cette année, ils étaient très contents de voir que nous sommes là», se réjouit M. Nadeau.

Plus au sud, Peter Grandy explique que c’est la présence des touristes à Alma, un village situé à un jet de pierre du Parc national Fundy, qui l’a convaincu de lancer Holy Whale Brewing en 2017 avec son frère.

«Le tourisme est très important pour nous, ça faisait partie de notre stratégie d’affaires, explique Peter Grandy. Même quand les gens viennent dans la région que pour un après-midi ou une journée, ils vont par exemple manger dans un restaurant, aller faire une balade au parc et finir la journée ici avec une bière. Toute la communauté d’affaires y gagne quand l’offre touristique dans une région est augmentée et je crois que les microbrasseries y sont pour quelque chose.»

Le tourisme brassicole, dit-il, a été particulièrement important pour son entreprise pendant la pandémie. De nombreux clients du nord de la province lui ont dit s’être déplacés à Alma afin de découvrir Holy Whale Brewing.

«Pendant la pandémie, plusieurs personnes sont venues nous voir et ils nous ont dit avoir fait le voyage que pour nos bières, se souvient M. Grandy. Même si la COVID-19 a été difficile pendant un temps, je crois qu’elle a permis aux Néo-Brunswickois de découvrir ce que leur province peut offrir et de nombreuses entreprises en ont profité. J’espère qu’ils ne l’oublieront pas une fois que tout ça sera terminé et que les entrepreneurs auront davantage de clients d’ici.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle