Le CH méconnaissable!

BOSTON – On attendait un match très émotif puisqu’il s’agissait du premier affrontement entre le Canadien et les Bruins de Boston depuis l’incident Max Pacioretty-Zdeno Chara. On a finalement eu droit à un match serré, intense, digne des séries éliminatoires.

Tomas Plekanec a finalement donné une victoire de 2 à 1 au Canadien de Montréal, jeudi, en déjouant le gardien des Bruins Tim Thomas d’un tir à ras la glace, à 10:46 du troisième tiers. Il s’agissait d’une deuxième victoire en 24 heures pour le Tricolore.
Carey Price, qui avait décroché sa 100e victoire en carrière dans le circuit Bettman la veille contre les Flyers de Philadelphie, a toutefois donné des sueurs froides au Tricolore en étant capable du meilleur comme du pire face aux hommes de Claude Julien.
Il a notamment offert un cadeau à Patrice Bergeron au premier vingt, et a failli lui en donner un autre en fin de deuxième engagement, n’eût été de l’intervention in extremis de Rafael Diaz. Price s’est toutefois racheté en réalisant sa part d’arrêts spectaculaires – notamment aux dépens de Rich Peverley en échappée et contre Nathan Horton en fin de rencontre – et a finalement réalisé 29 arrêts.

Son vis-à-vis, Thomas, a repoussé 33 tirs dans la défaite. Il s’agissait de la troisièrme défaite des Bruins (3-6-0), qui connaissent un début de saison assez difficile.

Le Canadien (3-5-2) reviendra à domicile en prévision du match retour, samedi au Centre Bell, contre les champions en titre de la Coupe Stanley.

On le sait, la rivalité Canadien-Bruins suscite souvent son lot de coups salauds, de mises en échec retentissantes et de combats. Ce ne sont toutefois pas les acteurs habituels qui ont volé la vedette à ce chapitre jeudi soir.

Une escarmouche entre Brad Marchand et Subban à mi-chemin de la période médiane a mis le feu aux poudres. Les jeunes coqs ont ensuite écopé d’une autre double pénalité mineure, puis, à leur sortie du cachot, en sont venus aux coups. Le combat, qui n’a pas véritablement fait de gagnant, n’a pas causé de dégâts.
Plus tôt durant l’engagement, Erik Cole, qui a offert une autre bonne prestation, avait créé l’égalité à 10:27. Il s’est amené en zone offensive et a redirigé un tir de la pointe de Jaroslav Spacek tout juste sous la mitaine de Thomas, tandis que Mathieu Darche lui obstruait la vue. Il s’agissait du deuxième filet de Cole cette saison.

Cole a aussi cogné à la porte de Thomas en début de deuxième tiers, lors d’une double supériorité numérique, sans toutefois pouvoir capitaliser.

Michael Cammalleri a lui aussi raté une occasion en or lors d’une échappée. Cammalleri a tenté une feinte vers la droite, mais Thomas s’est laissé choir de ce côté, fermant ainsi la porte au franc-tireur du Canadien.

Un but «contre son camp»
Tandis que Petteri Nokelainen était au banc de pénalité, Patrice Bergeron a ouvert la marque pour les Bruins d’une façon assez inhabituelle, à 14:05 du premier vingt. Le centre québécois a perdu sa mise en jeu contre Tomas Plekanec à la droite de Price, nonchalant, et la rondelle s’est faufilée derrière lui. En langage de soccer, c’était un «but contre son camp».

Les Bruins ont donné le ton rapidement dans la rencontre en y allant de quelques bonnes mises en échec en fond de territoire du Canadien, aux dépens de Yannick Weber et Subban, notamment. Shawn Thornton est aussi aller rendre visite à Michael Blundel, sans toutefois laisser tomber les gants.

Pacioretty affrontait les Bruins pour la première fois depuis l’incident impliquant Zdeno Chara. Pacioretty, le meilleur marqueur du Canadien actuellement avec neuf points, n’a eu maille à partir avec son bourreau de la saison dernière – ni avec les amateurs de hockey de Boston d’ailleurs.