Tout un défi attend l’Attack samedi

COCAGNE – Classé huitième au pays, l’Attack de l’Atlantique aura droit à un défi colossal, samedi, dans la capitale nationale.

La formation de Julien Léger a connu un départ canon avec trois victoires en autant de parties à ses débuts dans la Ligue nationale de ringuette (LNR), il y a déjà quelques semaines.

Inactives dans la LNR depuis le 16 octobre, les patineuses des Maritimes affronteront à deux reprises le Ice d’Ottawa, formation répertoriée au sixième échelon canadien, samedi.

Ottawa démontre un dossier de quatre gains et un revers.

«Nous sommes un peu nerveuses. C’est une bonne équipe et il va falloir travailler fort pour réussir. Nous sommes très motivées», a assuré Gabrielle Cormier, de Dieppe, une capitaine de la formation presque entièrement acadienne.

Le premier voyage sur la route, qui a été parfait, a solidifié le moral de Cormier et de ses coéquipières.

«Nous sommes conscientes que nous n’allons pas gagner chaque partie, mais cela nous a tout de même donné de la confiance. Nous voulons être compétitives. Nous sommes fières de jouer dans cette ligue et nous sommes encore plus fières de bien nous débrouiller», a dit la Dieppoise de 22 ans qui a participé aux Jeux du Canada à Whitehorse, au Yukon, en 2007.

Dimanche, l’Attack disputera deux rencontres contre les Devils de Gloucester (0-3-1).

«J’aimerais avoir trois victoires sur quatre. Ça ne sera pas facile contre Ottawa. Elles ont une bonne gardienne, probablement une des meilleures de la ligue, et elles ont deux marqueuses vraiment dangereuses», a fait savoir Julien Léger.

L’Attack a également une offensive explosive. Joëlle Proulx et Martine Caissie, qui ont respectivement dix et neuf points à leur dossier, peuvent causer bien des maux de tête aux défensives adverses. Natacha Bordage, qui évolue au centre, complète ce trio dynamique.

«Je m’attends également à plus du trio composé de Josée Doiron, Maryline Doucet et Chantal Landry. Ça devrait déboucher en fin de semaine», a lancé Julien Léger.

Même si elles n’ont pas patiné dans la LNR depuis le 16 octobre, les athlètes de l’Atlantique ne seront pas rouillées en sol ontarien.

«Nous avons eu pas mal de temps de glace et nous avons affronté des équipes d’hommes qui sont plus forts physiquement. Contre eux, nos filles doivent patiner avec la tête haute et faire des passes rapides. Les gardiennes reçoivent des lancers puissants», a fait savoir le pilote.

L’Attack disputera sa première partie à domicile le 19 novembre à Fredericton.