Hockey senior: deux ans de suspension pour James Scott

CARAQUET – Le verdict est tombé, et tout un, mercredi matin, concernant les incidents disgracieux qui se sont produits vendredi à Miramichi dans un match de la Ligue de hockey senior du Nord-Est opposant les Phantoms aux Alpines de Tracadie-Sheila.

Le dur à cuire James Scott, de Miramichi, devra purger deux ans de suspension, soit une année pour avoir joué malgré le fait qu’il était sous le coup d’une suspension précédente et une autre pour avoir tourné en dérision une partie de hockey.

Scott, qui avait déclenché la mêlée générale en s’en prenant à plusieurs reprises au gardien des Alpines, Charles Austin, devra aussi payer une amende de 500 $ de sa poche. En excluant la sentence du matamore des Phantoms, 37 matchs de suspension ont été décernés au total, dont 31 à Miramichi.

«Si j’avais pu, j’aurais suspendu Scott pour plus longtemps encore. Ce n’était pas acceptable et ces incidents ont mis une tâche sur notre belle ligue de hockey senior. Tous les dirigeants ont eu la chance de s’expliquer mardi soir et nous en sommes venus à cette décision», a expliqué le président du circuit, Roger Brun.

Le directeur général des Phantoms, David Morrison, a écopé de sept parties pour avoir fait jouer un patineur illégal, déjà sur le coup d’une suspension (Scott avait été suspendu six rencontres lors des séries 2009-2010). L’organisation s’est vu imposer une amende de 300 $, pour la sécurité déficiente dans son aréna, et sera sous probation pour la prochaine année.

«En étant sous probation, Miramichi devra déposer un bon de garantie en argent et si d’autres incidents du genre se produisent, des pénalités maximales pourraient être données. C’est très sérieux», a fait savoir Roger Brun.

L’entraîneur-chef, Allan Menzies (sept matchs), le pilote adjoint, Jason MacTavish (deux), Chris McNeil (six), Kyle Rose (cinq), David Mitchell (deux) et Kris Keating (deux) ont également été sévèrement punis.

McNeil a été le premier hockeyeur des Phantoms à quitter le banc et à engager le combat après l’arrêt de jeu. Rose a été le deuxième à quitter son banc et a lui aussi jeté les gants après le coup de sifflet.

Dans le clan des Alpines, Mathieu LeBouthillier (deux parties), Joël LeBouthillier (deux), Rémi Doucet (une) et Fédérick Sonier (une), bien malgré eux impliqués dans les incidents, ont écopé.
«Ils n’avaient pas vraiment le choix de se défendre, mais il y a des règlements en place et on n’avait pas le choix de sévir», a expliqué le président de la Ligue du Nord-Est.

Vendredi,en milieu de deuxième période, James Scott s’en est pris à plusieurs reprises au gardien Charles Austin, ce qui a déclenché les hostilités. Plusieurs combats ont alors éclaté, même entre le personnel d’entraîneurs des deux équipes. Des partisans en seraient même venus aux coups.

Roger Brun avait décidé de mettre un terme au duel alors que Tracadie-Sheila menait 2 à 1 en milieu de deuxième période. Cette rencontre devra être reprise.

«Il restait 13 minutes à la deuxième. La partie doit être rejouée. Les recettes seront divisées entre les deux clubs», a laissé entendre le président.

Le directeur-gérant des Alpines, André Saulnier, n’approuve pas ce verdict.

«Il y a des choses très satisfaisantes, mais d’autres non, comme le fait de rejouer ce match. Je vais parler à mes joueurs (mercredi soir) et on verra ce qu’on va faire.»