Comme les Bruins, l’Attack de l’Atlantique a aussi son Tim Thomas

SAINTE-ANNE-DE-KENT – Pratiquant un style similaire à celui de Tim Thomas, des Bruins de Boston, Karine Doiron connaît une excellente campagne devant la cage de l’Attack de l’Atlantique.

N’ayant pas encore 18 ans, la jeune fille âgée de 17 ans a obtenu une permission spéciale de la Ligue nationale de ringuette (LNR) pour évoluer dans ce circuit.

«Il y a des gardiennes de calibre au Nouveau-Brunswick, mais elles n’étaient pas disponibles. Nous ne pouvions pas jouer à une seule gardienne (Jasmine LeBlanc). Malgré son jeune âge, Karine a été la dernière à être retranchée de l’équipe provinciale des Jeux du Canada en 2011. Je me disais qu’elle pourrait probablement suivre», a raconté l’entraîneur-chef de l’Attack, Julien Léger.

Karine Doiron a connu un premier match très difficile dans la LNR, mais depuis elle a été éclatante devant la cage de l’Attack.

La gardienne de Sainte-Anne-de-Kent affiche un dossier de six victoires et trois défaites. Elle a une moyenne de buts alloués de 4,87, ce qui lui procure le 15e rang à ce chapitre dans le circuit national.

«C’était nouveau pour moi et cela m’a pris une partie pour m’ajuster. Maintenant, ça va super bien», a raconté celle qui est en 12e année à l’école Clément-Cormier de Bouctouche.

Julien Léger applaudit les prouesses de sa cadette et encore plus la façon dont elle a rebondi après son baptême entre les deux poteaux.

«Karine a accordé plusieurs buts dans les cinq ou six premières minutes de jeu de sa première rencontre. Je pensais que cela allait la finir, mais ensuite, elle a connu la partie de sa vie», a renchéri Léger.

Au sujet du style de Doiron, Léger assure que c’est une copie conforme de Tim Thomas.

«Karine n’a aucun style et elle n’est jamais en position, mais elle effectue les arrêts. Elle a réflexe après réflexe. C’est incroyable! En plus, elle gagne tout le temps», a fièrement lancé le pilote de la formation des Maritimes.

Selon Léger, Karine Doiron et Jasmine LeBlanc forment le meilleur tandem de gardiennes de la LNR.

«Elles se retrouvent toutes les deux dans le top 4 de la ligue», a estimé le pilote.

Doiron avoue que ce ne fut pas facile de se faire retrancher et de ne pas pouvoir participer aux Jeux du Canada à Halifax. Elle se sert toutefois de cette expérience comme source de motivation.

«Cela m’a donné courage et je n’ai pas arrêté. J’ai eu une belle occasion cette année. C’est pas mal bien pour moi de jouer dans la LNR à 17 ans. Je joue contre mes idoles et des filles très expérimentées. Je veux m’améliorer à chaque partie. Je donne mon 100 %», a indiqué celle qui pratique également le soccer et le hockey avec les Cavalières de Clément-Cormier.

L’Attack, qui figure au cinquième rang de la conférence Est (12-10-1), profitera de deux semaines de congé avant de reprendre l’action le 4 février à Cocagne.