Les Capitals profitent du jeu de puissance «impuissant» du CH

 

MONTRÉAL, Québec – On n’aura pas besoin de chercher de midi à 14 heures, advenant que le Canadien n’accède pas aux séries éliminatoires. La principale explication sera l’inefficacité du jeu de puissance.

Le Tricolore a de nouveau été incapable de saisir les occasions en supériorité numérique, sept au total, mercredi, avec comme résultat qu’il a encaissé une autre défaite, une 29e en 46 matchs cette saison.

Les Capitals de Washington ont marqué à deux reprises au cours du premier vingt, en route vers un gain facile de 3 à 0 au Centre Bell.

Les Caps n’ont eu besoin que de 16 lancers pour battre Carey Price, qui n’a pas connu sa meilleure soirée. Il reste qu’à l’autre bout de la lorgnette, il est impossible de gagner des matchs sans marquer de but!

Michal Neuvirth, qui en était à son premier match en 23 jours, a eu des airs de Vladislav Tretiak un 31 décembre, en repoussant 31 lancers.

Le Canadien a donc fort mal amorcé une semaine cruciale de trois matchs, au terme de laquelle une récolte de moins de quatre points ne ferait qu’enfoncer davantage leur clou.

Le CH a la pire fiche en supériorité de toute la LNH. De toute évidence, les acquisitions de Chris Campoli et de Tomas Kaberle ne représentent pas une bonne solution de rechange à l’absence d’Andreï Markov, qui tarde à se rétablir.

Carey rouillé
Price a connu une de ses pires périodes, en première. Chancelant, il a cédé deux fois sur seulement les cinq tirs qu’il a eus à maîtriser. Comme s’il était rouillé après n’avoir raté qu’un match!

À 4:41, Perreault l’a déjoué côté bloqueur à l’aide d’un tir des poignets, en utilisant le défenseur Josh Gorges comme écran. C’était pour lui un premier filet depuis le 22 octobre.

Price a davantage mal paru sur la séquence du but de Johansson, à 8:23.

Pour ce qui est des retrouvailles entre Rene Bourque et les Caps, elles n’ont pas tardé à se faire. Bourque a accepté l’invitation de Matt Hendricks de laisser tomber les gants, après 75 secondes de jeu. Bourque a appliqué de solides coups de poing à son rival, avant de le renverser sur la glace.

Aux corneilles
La deuxième période a été à bâiller aux corneilles. Le moment le plus enlevant pour les spectateurs a été l’échappée partielle de Bourque, au terme de laquelle il a frappé le poteau. Pour le reste, Scott Gomez a tenté d’entraîner ses coéquipiers dans son sillon, mais il n’a pas réussi. Un bel effort quand même.

Ah oui, les Capitals ont ajouté à leur avance en supériorité numérique, à 10:44. Le tir bas d’Ovechkin en provenance de la ligne bleue s’est faufilé jusque derrière Price.

En avant par trois, on ne voyait pas comment les Capitals pourraient échapper le match. Même s’ils en étaient à leur deuxième rencontre en deux soirs.

Le CH est revenu sur la glace en troisième avec le couteau entre les dents. Mathieu Darche a affiché beaucoup d’intensité, et John Erskine a écopé six minutes de pénalités contre lui. C’était l’occasion rêvée de revenir dans le coup, se disait-on. Erreur.

Les hôtes n’en ont pas profité et Max Pacioretty a amputé l’attaque massive de deux minutes, en étant puni.

Mince consolation: les troupiers de l’entraîneur Randy Cunney­worth y sont allés d’un effort plus senti, mettant à l’épreuve Michal Neuvirth 17 fois.