Le COFJA de Kent en préparation pour 2013

TUSKET – Au fil des ans, Germaine Guimond a porté plusieurs chapeaux aux Jeux de l’Acadie. À Argyle, c’était cependant la première fois que cette femme originaire du comté de Kent a vu la grande finale acadienne en tant que présidente du comité organisateur de la Finale des Jeux de l’Acadie de 2013.

Autrefois entraîneure et membre de l’équipe de mission des Bleus, Germaine Guimond a plutôt étudié le côté organisationnel de la Finale d’Argyle, qui s’est déroulée dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

«Chacun de nos vice-présidents a passé du temps avec son homologue dans le feu de l’action», a fait savoir la présidente.

Attentive, la présidente dit avoir grandement appris pendant son séjour dans la région d’Argyle.

«J’ai surtout remarqué que c’est très important comme COFJA de se tenir ensemble et de s’appuyer. Il faut aussi demeurer calme. Il n’y a rien qui ne peut pas être organisé et réparé», a-t-elle lancé.

Germaine Guimond se dit bien encadrée et elle a énormément confiance en son personnel.

«Mes huit vice-présidents sont des perles. Ce sont tous des gens qui savent faire les choses et ils sont indépendants. Ils ont déjà tous trouvé leur président de comité. Ça fait déjà un an que nous travaillons dans les coulisses», a fait savoir celle qui a été responsable des soins médicaux de la Finale de 1995 (aussi à Richibucto et Saint-Louis-de-Kent).

Des défis, il y en aura à la 34e Finale des Jeux de l’Acadie.
Richibucto n’a toujours pas d’aréna, où devaient se tenir les cérémonies d’ouverture et de fermeture. Elles seront donc présentées sous le Chapiteau Atlas, qui n’a cependant pas de gradins.

«Il n’y aura pas de problème pour les athlètes, car c’est la même surface qui a accueilli les jeunes en 1995. Pour les spectateurs, il faudra trouver une solution», a indiqué celle qui travaille pour le ministère du Développement social.

Un peu comme à la finale néo-écossaise qui vient de se terminer, l’hébergement pourrait représenter un défi à Richibucto et à Saint-Louis-de-Kent, où les motels sont rares.

Lors de la 33e Finale, des parents sont demeurés aussi loin que Shelburne, localité située à environ une heure d’Argyle.
Le COJFA 2013 misera surtout sur les terrains de camping de la région, dont le réputé Parc national Kouchibouguac, le parc Daigle (Saint-Louis) et le parc Jardine (Richibucto), deux attractions municipales.

«Les régions voisines, comme Bouctouche et Miramichi, devront se préparer. Ça pourrait aller aussi loin que Shediac et même le Grand Moncton», croit la présidente.

Côté financement, une importante campagne de collecte de fonds, ayant un objectif de 350 000 $, est prévue. Le seul petit hic est que celle-ci pourrait rivaliser avec celle du futur aréna de Richibucto.

En ce qui concerne les bénévoles, 200 personnes se sont déjà manifestées. Le COFJA en recherche 1000 de plus.

À un an de la Finale, Germaine Guimond ne regrette pas d’avoir pris la présidence en main.

«Je suis une personne de communauté et ça fait toute ma vie que je fais du bénévolat. Je trouve cela important et je trouvais que dans les dernières années il manquait de la vibration dans la région. L’esprit qui régnait dans la région pendant la Finale de 1995 était incroyable. C’est cela qui me fait vibrer», a conclu Germaine Guimond, ayant confiance de présenter un événement de qualité.