Titan-Eagles: un festival de passes ratées

BATHURST – L’exécution des joueurs est tellement déficiente que les entraîneurs ne doivent sûrement pas s’ennuyer pendant les entraînements, quand vient le temps d’inculquer ne serait-ce qu’un semblant de stratégie dans la tête des joueurs. Certes, dans un mois ce sera mieux, mais en attendant ça donne des matchs décousus comme ce n’est pas possible. Mercredi soir, c’est à un véritable festival de passes ratées que les spectateurs présents ont eu droit.

Comme le disait si bien Maurice «Mad Dog» Vachon, de sa voix rocailleuse, dans les publicités de la bière O’Keefe, l’entraîneur-chef du Titan d’Acadie-Bathurst, Éric Dubois, n’avait pas besoin d’un dictionnaire pour comprendre que ses joueurs n’ont pas joué un grand match contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Le visage livide du propriétaire et directeur général de l’équipe, Léo-Guy Morrissette, qui s’est d’ailleurs rapidement engouffré dans le vestiaire sans saluer les médias, en disait fort long sur la qualité du spectacle offert par l’équipe. Pour quelqu’un qui venait de voir son équipe gagner 4 à 1, ça n’avait pas l’air de «feeler».

À moins que ce ne soit la faible foule de 1321 spectateurs annoncée par l’annonceur maison Mario Doucet, en début de troisième période, malgré la liasse de billets gratuits distribués aux étudiants de l’École secondaire Népisiguit. Pour une raison ou l’autre, ça se comprend très bien.

«C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de passes ratées. Même que les joueurs trouvaient souvent le moyen de perdre les passes sur la palette, révèle Dubois. J’ai également trouvé que le jeu était vraiment lent dans les premières minutes. L’exécution des joueurs n’est vraiment pas assez rapide. Mais, c’est le début de saison. Nous avons plusieurs jeunes et ils sont en train de s’adapter à la vie du hockey junior.»

En fait, il aura fallu une belle démonstration de force entre Robert Davis et Blake Milliman, les deux molosses de service, pour allumer pendant deux présences le génie créatif du gros trio dans le dernier tiers.

La deuxième période, elle, a été tellement endormante qu’un collègue anglophone bayait aux corneilles pendant l’action sur la passerelle. Et comme vous savez que ce geste est contagieux, le collègue n’a pas été le seul à visualiser son lit douillet.

De tous les joueurs sur la glace, Jacob Brennan et Philippe Trudeau ont été de loin les meilleurs joueurs de leur équipe respective. Comme il l’a fait dans les deux matchs contre les Sea Dogs de Saint-Jean, Brennan a multiplié les arrêts-clés. Il a été particulièrement solide devant la vedette des Screaming Eagles, William Carrier, qu’il a privée de deux buts. Deux vols pour dire vrai.

Éric Dubois adore son nouveau gardien numéro un et il a bien raison.

«Vous m’auriez demandé cet été si je m’attendais à ce qu’il fasse aussi bien en début de saison et je vous aurais dit oui tout de suite, dit-il. Je le savais qu’il en était capable. Je n’ai jamais été inquiet à son sujet. C’est de loin le joueur le plus professionnel de notre équipe dans son approche du jeu. Il est toujours bien préparé. Jacob n’a pas besoin d’être «challengé» pour performer. Il se contente seulement de faire son travail.»

Le principal intéressé, lui, se dit simplement satisfait de son début de saison. Sans aucune arrogance dans le regard, il avoue également qu’il s’attendait à jouer de cette façon dès le départ.

«Je voulais la pression d’être numéro un. Je pense même que je peux être encore meilleur», a-t-il lancé, les cheveux encore mouillés.

En trois rencontres, Brennan présente une fiche de deux victoires et un revers en prolongation, une moyenne de buts alloués de 1,63 et un taux d’efficacité de ,948. Des chiffres qui, à ce rythme, feront rapidement oublier le séjour du Néo-Brunswickois Robert Steeves à Bathurst.

•••

Le défenseur Sean Girard, qui a terminé le match avec une mention d’aide, cinq tirs au but et un différentiel de +3, se dit satisfait du début de saison de l’équipe malgré le manque de constance des joueurs, d’une présence à l’autre, sur la patinoire.

«Ce soir, c’est le combat de Robert (Davis) qui nous a finalement réveillés, signale le vétéran de 20 ans. Mais dans l’ensemble, je suis super satisfait des résultats de l’équipe.»

Lorsque questionné sur le fait que les nombreux buts annoncés par la direction tardaient à se matérialiser, Girard a fait la moue.

«Nous sommes encore une jeune équipe, dit-il. Les joueurs sont encore en période d’adaptation.»

•••

Christophe Lalancette (commotion) et Matthew Bissonnette (genou) n’étaient pas en uniforme contre les Screaming Eagles et il serait surprenant de les voir vendredi, lors de la visite du Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard.

Pour Lalancette, il s’agit d’une deuxième blessure consécutive en quelques semaines, lui qui a raté une bonne partie du camp d’entraînement en raison d’une blessure à l’aine.

«Il n’est pas chanceux. Je pense que je vais l’emmener au sanctuaire Sainte-Anne-de-Beaupré lorsque nous serons à Rimouski la semaine prochaine», a lancé en boutade l’entraîneur Dubois.

Bissonnette, lui, devrait rater au moins une semaine d’activités.

Alex Gallant a lui aussi été laissé de côté, mais dans son cas, il s’agit d’une mesure disciplinaire. Le «p’tit vlimeux» aurait raté un entraînement.

«Les règlements sont pour tout le monde», s’est contenté de dire Dubois au sujet du jeune insulaire.

Bryan Groleau était le défenseur en trop.

Pour compenser les pertes de Lalancette et Bissonnette, le Titan a rappelé Andrew Meredith, des Tigres de Campbellton. Ce dernier a disputé un match honnête et il a même obtenu une excellente chance de marquer en première période.

•••

Il est parfois facile de faire parler les chiffres en bien. Brandon Hynes (1-2, +4) et Zach O’Brien (2-1, +2) ont beau avoir connu de bonnes soirées à l’attaque, ils n’ont pas pour autant disputé un grand match. Du moins, pas au niveau auquel on est en droit de s’attendre de leur part.

Jumelés au jeune Tchèque Patrik Zdrahal, dont le sens du hockey ne laisse aucun doute quant à son talent, les deux vétérans ont été comme la plupart de leurs coéquipiers pourris au deuxième vingt. Ils ont même été surpris à plusieurs reprises embouteillés et brouillons dans leur territoire.

Il n’en reste pas moins que quand l’inspiration y est, les deux Terre-Neuviens-et-Labradoriens n’ont pas besoin de beaucoup d’espace pour créer des jeux.

•••

En bref… L’autre Tchèque du Titan, Adam Zboril, a réussi toute une passe sur le premier but en carrière du rapide Carl Marois. Ces deux-là semblent bien se comprendre sur la glace… Raphaël Lafontaine a été l’un des joueurs les plus intenses du Titan à l’attaque. À l’évidence, l’ancien des Olympiques de Gatineau va rendre de fiers services à l’équipe… Malgré un début de saison moyen, Zach O’Brien occupe le quatrième rang des pointeurs de la LHJMQ avec une récolte de six points (2-4) en trois rencontres. Brandon Hynes (3-2=5) occupe le huitième échelon… Auteur d’une seule passe, le joueur étoile des Aigles Criards, William Carrier, a tout de même obtenu neuf tirs au but. En zone offensive, le jeune attaquant de puissance semble toujours posté au bon endroit. Ce n’est pas pour rien qu’il domine la LHJMQ avec 20 lancers en seulement trois duels. Costaud et bon patineur en plus. Les recruteurs de la LNH doivent commencer à aimer beaucoup cet ailier gauche de Pierrefonds, qui n’aura que 18 ans le 20 décembre…