Francis Bernier aime la nouvelle mouture des Tigres

CARAQUET – Francis Bernier n’a pas eu l’occasion de savourer bien souvent la victoire depuis ses débuts avec les Tigres de Campbellton en 2011-2012. Pour dire vrai, les difficultés des Félins du Restigouche datent d’une époque encore plus lointaine. Depuis 2007, en fait. L’équipe, qui n’a remporté que 68 de ses 316 derniers matchs de saison régulière avant le début de la nouvelle, semble toutefois enfin sur le bon chemin. C’est du moins ce que croit le hockeyeur d’Edmundston et l’entrée en scène de Troy Ryan à la barre de l’équipe n’y est pas étrangère.
Bernier, qui domine les pointeurs des Tigres avec une récolte de neuf points (2-7) en autant de matchs, n’est certes pas étranger à l’intéressant début de saison des Tigres (3-5-1-0,
7 points), qui ne sont qu’à deux petits points du premier rang de la division Roger Meek que détiennent conjointement les Commandos de Dieppe et les Slammers de Woodstock.
«Je crois sincèrement que l’équipe est cette fois-ci bien lancée. Nous avons un excellent entraîneur, un bon gardien numéro un en Miguel Sullivan, trois bons trios et une bonne brigade défensive. Nos deux vétérans (Tim Rose et Brandon McMartin), les deux seuls 20 ans dans l’équipe, encadrent très bien nos jeunes défenseurs», mentionne-t-il.
Les Tigres sont effectivement l’une des deux seules formations de la Ligue junior des Maritimes à ne compter que sur deux patineurs de 20 ans alors que le maximum permis est de neuf. Une limite atteinte, entre autres, par les Timberwolves de Miramichi, les Crushers de Weeks et les Ramblers d’Amherst.
«Ce que j’ai le plus remarqué depuis le début du camp d’entraînement, c’est surtout l’esprit d’équipe qui est nettement mieux qu’avant. L’entraîneur a donné le goût aux joueurs de gagner. Tout le monde pousse dans la même direction. Même si nous sommes encore l’équipe la plus jeune de la ligue, il n’y a plus un club qui peut s’en venir à Campbellton avec l’idée de récolter deux points faciles au classement», dit-il.
Une nouvelle identité qui n’a d’ailleurs pas échappé aux amateurs de hockey du Restigouche qui avaient déserté l’équipe lors des dernières saisons.
«Nous avions même plus de 800 spectateurs pour notre dernier match à domicile (842) et c’est quelque chose que je n’avais pas vu depuis mon arrivée ici», indique Bernier.
L’attaquant de 19 ans anticipe déjà une éventuelle participation aux séries éliminatoires.
«Nous n’y étions pas la saison dernière et à ma première année, nous avons été éliminés dès la première ronde. Cette fois-ci, j’aimerais que nous gagnions au moins une ronde afin de prouver à nos partisans que l’équipe progresse vraiment», révèle l’athlète de 5 pi 11 po et 185 lb.
Bernier pourrait toutefois devoir s’absenter pour un certain temps en raison d’une blessure à genou qu’il s’est infligée dans le dernier match.
«Je me croise les doigts pour que ça ne soit pas trop grave. Je n’ai jamais été blessé gravement depuis que je joue au hockey. Je devrais avoir les résultats des tests bientôt. Mon genou était pas mal enflé hier (dimanche)», indique-t-il avec un brin d’inquiétude dans la voix.
Les Tigres reprennent l’action dès mercredi en rendant visite aux Slammers. Vendredi, ils accueilleront les Ramblers d’Amherst au Centre civique Memorial. Enfin, samedi, ils seront les visiteurs à Kentville pour se mesurer aux Wildcats de Valley.

CHRISTOPHER CAISSY EST DEVENU UNE SOURCE D’INSPIRATION

CARAQUET – Francis Bernier est le premier à se réjouir des succès de Christopher Caissy avec les Wildcats de Moncton. Il est même d’avis que les succès de Caissy permettent à des joueurs comme lui de continuer à rêver de jouer un jour dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.
«L’histoire de Christopher est inspirante. Il a connu une belle saison à 19 ans dans notre ligue et le voilà aujourd’hui dans la LHJMQ où il se retrouve parmi les meilleurs pointeurs de la ligue. Grâce à lui, mon rêve de jouer dans la LHJMQ est toujours là. Christopher est la preuve que tu ne sais jamais ce que l’avenir peut te réserver», dit-il.
Bernier espère également que la prochaine campagne lui permettra d’attirer l’attention d’une équipe universitaire. Il ne demanderait d’ailleurs pas mieux que d’évoluer pour les Aigles Bleus de l’Université de Moncton. – RL

BERNIER IMPRESSIONNÉ PAR LE JEUNE SAVOIE

CARAQUET – De toutes les recrues qui se sont greffées aux Tigres de Campbellton cette saison, Francis Savoie est sans aucun doute celle qui s’est le plus rapidement adaptée au calibre de jeu. Ça adonne bien, les partisans avaient besoin de voir l’éclosion d’un jeune espoir un peu plus local.
Le jeune attaquant âgé de 17 ans, du haut de ses 5 pi et 5 po et de ses 156 lb, domine tous les joueurs des Tigres avec quatre buts. Pas si mal pour un bonhomme qui a bien failli être retourné aux Rivermen de Miramichi dans le midget AAA.
«Francis m’impressionne vraiment», indique son coéquipier Francis Bernier.
«C’est une belle surprise pour moi. Pendant le camp, l’entraîneur (Troy Ryan) est venu me voir pour me poser des questions au sujet de Francis. Il voulait avoir mon avis à savoir s’il fallait le garder avec l’équipe. Je lui ai dit qu’à mes yeux, il était hors de question de retrancher un tel joueur. Francis m’a donné raison puisqu’il est aujourd’hui notre meilleur buteur.» – RL