Faille et le Canada disputeront la finale

CARAQUET – Attendez-vous à ce qu’Éric Faille reçoive plusieurs offres de formations européennes une fois qu’il en aura terminé avec les Aigles Bleus de l’Université de Moncton. Depuis le début des Universiades de Trentino, en Italie, l’ancienne vedette du Titan d’Acadie-Bathurst s’est arrangée pour capter l’attention des recruteurs du Vieux Continent à chacune des parties d’équipe Canada. Vendredi, le hockeyeur de Lachine a inscrit le but qui a permis le gain de 2 à 1 contre la Russie, permettant du même coup à son équipe de se qualifier pour la grande finale, samedi.

Le Canada affrontera dans le match ultime le Kazakhstan, qui a défait les États-Unis 5 à 1 dans l’autre demi-finale. Le match, qui commencera à 9 h 30 (heure du N.-B.), sera d’ailleurs présenté en direct sur le web (www.fisu.tv).

Notons que le Canada a encaissé son seul revers du tournoi contre le Kazakhstan, une défaite de 4 à 2 en ronde préliminaire dimanche.

Faille, qui totalise maintenant neuf points en cinq rencontres, dont cinq buts, entend continuer d’en mettre plein la vue samedi.

«Nous venons de remporter une autre très grosse victoire», a mentionné le numéro 9 d’Équipe Canada.

«Nous avons tous donné ce que nous avions pour remporter ce match. Notre gardien (Anthony Peters) a fait les arrêts-clés dans les moments où nous en avions besoin. Tous les gars ont travaillé fort. Vraiment, ç’a été une belle victoire d’équipe», a révélé Faille.

Le but vainqueur est survenu dès la 34e de troisième engagement, quand Faille a profité d’une belle passe de son coéquipier Tyler Carroll pour déjouer le gardien russe Danila Alistratov.

«Je venais tout juste de sauter sur la glace. Les Russes venaient aussi de faire des changements. Nous nous sommes retrouvés dans leur territoire et Carroll a mis une pression incroyable sur le défenseur derrière le filet. Il lui a fait perdre la rondelle et il me l’a refilée alors que j’étais posté devant. J’ai déjoué le gardien entre les jambières en lançant sur réception», a raconté Faille.

C’est d’ailleurs ce même Carroll qui a inscrit le premier but d’Équipe Canada au premier vingt, sur une passe d’un autre ancien du Titan, Marc-Antoine Desnoyers. Carroll, qui évolue pour les Varsity Reds de l’Université du Nouveau-Brunswick, connaît lui aussi un très fort tournoi.

«L’un des éléments clés est le fait que nous avons été en mesure de prendre l’avance, a indiqué l’entraîneur-chef Gardiner MacDougall. Quand tu affrontes un adversaire de qualité et que tu sais que le match sera serré, marquer le premier but est très important. Ça nous a donné la chance d’augmenter cette avance en troisième, puis nous avons réussi à tenir le coup.»

«Je lève mon chapeau à notre groupe, a continué MacDougall. Les gars ont démontré beaucoup de caractère. Notre unité en désavantage numérique a une fois de plus fait la différence. Nous avons maintenant la chance de remporter un championnat mondial. C’est une occasion qui ne se présente pas souvent. Il faudra être prêts samedi.»

L’autre membre des Aigles Bleus au sein d’Équipe Canada, le défenseur Simon Lacroix, irradiait lui aussi de bonheur après la victoire.

«Il n’y a pas de mot pour décrire la situation, a fait savoir Lacroix. C’est l’un des plus beaux feelings de ma vie. C’était beau à voir tous les tirs que nous avons réussi à bloquer devant notre gardien. Nous avons également distribué de bonnes mises en échec. Nous devenons meilleurs de match en match et il faut que ça continue pour le gros match de samedi.»

La victoire d’Équipe Canada est d’autant plus impressionnante que la Russie est composée de 11 joueurs possédant l’expérience de la KHL.

«Nous sommes pas mal excités de ce match, surtout quand on pense à la rivalité qui lie les deux pays dans le hockey, a affirmé le capitaine d’Équipe Canada, Chris Culligan. Notre plan de match consistait à jouer dur, comme le Canada en est capable. Tous les joueurs ont acheté le plan et ils étaient tous prêts à faire les sacrifices pour gagner.»

Le Canada tentera samedi de remporter l’or pour une quatrième fois aux Universiades, après ses victoires de 1981, 1991 et 2007. Le Canada est aussi assuré de revenir à la maison avec une médaille pour une 13e fois en 14 présences au tournoi biennal.

Pavel Kopytin a réussi l’unique but de la Russie avec moins de deux minutes à faire dans le match. Le Canada a dominé 38-20 au chapitre des tirs au but.