CARAQUET – Sans trop faire de bruit, une jeune femme originaire de Caraquet a récemment remporté un titre mondial à Lecco, en Italie.

Julie Landry, qui demeure au Québec, et son équipe Vintage ont été sacrées championnes planétaires aux Championnats du monde des clubs d’Ultimate frisbee (WUCC 2014). La formation montréalaise s’est imposée dans la catégorie féminine des maîtres, qui vient tout juste de faire son entrée aux WUCC.

«Nous avons écrit l’histoire», exprime Julie Landry avec le sentiment du devoir accompli.

En finale, les Canadiennes ont défait les Américaines au compte de 17 à 13.

«Nous avons vraiment travaillé fort pour atteindre notre objectif. En préparation des mondiaux, nous avions un entraînement le lundi en pliométrie (exercices des muscles en puissance et en explosion), le mercredi sur le terrain et le mardi et le jeudi en gymnase», souligne l’athlète âgée de 32 ans.

En ronde préliminaire, les représentantes des États-Unis, le club Godiva, avaient signé huit victoires en autant de rencontres. Vintage, classée première au pays en 2013, avait terminé deuxième grâce à un dossier de 7-1.

«Nous voulions une médaille. Nous savions que les États-Unis et le Japon allaient être forts. Les Américaines nous avaient battues (13 à 11) en ronde préliminaire et nous voulions prendre notre revanche», mentionne la technicienne en radiologie au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

Neuf équipes des quatre coins du monde étaient en lice dans la catégorie féminine des maîtres. Les championnes mondiales ont obtenu leur qualification pour l’Italie à la suite de leur triomphe aux championnats canadiens de 2013.

Les WUCC 2014 ont réuni quelque 3000 joueurs et près de 160 formations. La compétition a eu lieu du 2 au 9 août.

Il y a quatre ans, Julie Landry a participé aux mondiaux des clubs à Prague, en République tchèque. Celle qui occupe la position de primary cutter et ses coéquipières du Storm avaient fini 13es.

Son prochain objectif sera de se qualifier pour les championnats du monde (ouverts), en 2016. Pour y arriver, l’équipe Vintage devra de nouveau remporter le titre canadien l’an prochain.

Mme Landry a goûté au ultimate (ultime-passe, selon certains linguistes) lorsqu’elle demeurait à Caraquet, mais c’est en 2007, à Montréal, qu’elle a commencé à jouer de manière compétitive.

Un choix judicieux qui l’a menée jusqu’à la conquête de la planète…

Julie Landry, portant fièrement le drapeau canadien à l’occasion des Championnats du monde des clubs d’Ultimate frisbee présentés en Italie, est originaire de Caraquet. - Gracieuseté
Julie Landry, portant fièrement le drapeau canadien à l’occasion des Championnats du monde des clubs d’Ultimate frisbee présentés en Italie, est originaire de Caraquet. – Gracieuseté

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle