L’offensive du Titan a de quoi inquiéter

BATHURST – Le Titan d’Acadie-Bathurst aurait sûrement souhaité la visite d’un club moins dominant que les Sea Dogs de Saint-Jean pour tenter de relancer son attaque, mercredi soir, au Centre régional K.-C.-Irving. Mais il devra faire avec.

N’empêche que l’offensive du Titan (5-13-1-0, 11 pts) a de quoi inquiéter. L’équipe, qui trône désormais dans la cave du classement général, n’a inscrit que quatre buts lors de son séjour de trois parties en sol québécois. Et ce n’est guère plus reluisant quand on sait qu’elle n’a réussi à enfiler l’aiguille qu’à 19 reprises dans ses neuf derniers duels. Des chiffres qui ressemblent drôlement à ceux de la saison dernière.

À l’exception de Nicholas Blanchard, sans aucun doute le meilleur joueur du Titan depuis quelques semaines, les gros canons sont plutôt timides.

À commencer par Raphaël Corriveau qui n’a rien produit à ses cinq dernières rencontres. Andrew Ryan et Bronson Beaton, eux, sont silencieux depuis quatre matchs. Christophe Boivin, qui n’a inscrit qu’un but depuis son retour au jeu, montre un horrible différentiel de -8 à ses cinq derniers duels. Egor Popov, qui a réussi son premier but de la saison contre Val-d’Or, et Mark Simpson sont également d’autres joueurs qui se cherchent. Dans le cas de Simpson, son ralentissement est surtout dû au fait que les autres formations le surveillent davantage en lui opposant ses meilleurs éléments.

Pour tenter de secouer ses hommes, Mario Pouliot a décidé de les convoquer à un entraînement axé sur le travail à un contre un.

«Le hockey, à la base, ça commence à un contre un, dit-il. Depuis quelques parties, nous nous sommes éloignés de notre identité. Les gars ont donc travaillé sur leur implication, autant dans notre zone qu’en échec avant.»

Bien conscient de se répéter, Pouliot insiste sur l’importance d’aller au filet pour prendre les retours de lancer.

«Il faut lancer pour compter et non pas lancer pour lancer. C’est important que les gars soient devant le gardien pour profiter des retours. Nous n’avons pas de Daniel Audette, de Daniel Sprong ou de Nathan Noel pour faire de beaux jeux. Il faut donc garder le jeu simple et être meilleur à un contre un», souligne-t-il.

Jake Brennan sera envoyé dans la mêlée face aux Sea Dogs (11-3-0-3, 25 pts), une équipe qui présente le meilleur taux victoires-défaites du circuit à ,735. Jordan Maher, qui participer au Défi mondial U-17, est le seul joueur absent. Le Titan a toutefois rappelé le défenseur Bobby Zinkan des Western Capitals de Summerside par mesure préventive. Nicolas Dumulong, entre autres, est un cas douteux en raison de la gastro.

Antoine Landry retourne à Woodstock

Même s’il a été retourné aux Slammers de Woodstock, Antoine Landry a grandement amélioré son statut au sein du Titan d’Acadie-Bathurst.

Le gardien de 18 ans a été envoyé dans la mêlée contre les Tigres de Victoriaville et les Huskies de Rouyn-Noranda, deux matchs que le Titan a perdus par la marque identique de 4 à 1.

Comme l’adversaire a marqué chaque fois dans une cage déserte, Landry a donc alloué six buts sur 57 tirs pour une moyenne de buts alloués de 3,03 et un taux d’efficacité de ,895. Ce n’est pas la mer à boire, mais c’est nettement mieux que ce que les deux autres portiers de l’équipe ont offert depuis le début de la campagne.

À n’en pas douter, Mario Pouliot a bien aimé ce qu’il a vu du gardien de Caraquet.

«Nous l’avons renvoyé à Woodstock parce que nous ne voulions pas poursuivre à trois gardiens, mentionne-t-il. Par contre, j’ai aimé ce que j’ai vu. Il a été très bon contre Victoriaville. Il a fait de gros arrêts et il nous a gardés dans le match. Contre Rouyn-Noranda, ç’a été un peu plus difficile, mais il faut dire qu’il n’avait reçu que 10 lancers après deux périodes. Il a été faible sur un but en troisième, mais sinon il a été correct.»

«J’ai aimé sa prestance et son calme. C’est un gars qui prend de la place devant le filet. Antoine a une bonne technique. Il est certainement du calibre junior majeur. Est-ce qu’il est capable d’être un gardien numéro un? Nous ne le savons pas encore. Nous l’avons rappelé pour voir où il en était dans son cheminement et nous en savons maintenant un peu plus sur lui», ajoute l’entraîneur du Titan.

Pouliot n’a toutefois pas voulu s’avancer lorsque interrogé sur les chances de Landry d’être rappelé pour de bon dans un avenir rapproché.