Les Lynx de la Péninsule représenteront le Titan au Tournoi international Pee-Wee de Québec

MONCTON – Les Lynx de la Péninsule acadienne connaissent une saison de rêve en 2014-2015. Mais le travail ne fait que commencer pour l’équipe qui représentera le Titan d’Acadie-Bathurst lors du prestigieux Tournoi international Pee-Wee de Québec, du 11 au 22 février dans la Vieille Capitale.

Les jeunes de 11 et 12 ans ont du pain sur la planche et un peu de pression sur les épaules.

Lors de cette 56e édition de cette célèbre compétition, ils vont se retrouver dans uns catégorie (International C) qui comprendra également le Vasa de Budapest, les Dreagons de Rouen, les Ice Crocs d’Australie, les Sélects de Hong Kong, les Boxers de Bordeaux, les Blues junior d’Espoo, les Brûleurs de Loups de Grenoble, les Gulls junor de San Diego, le Sélect du Bénélux et les Ducs d’Angers.

Pour ajouter au stress de tout le monde, mentionnons qu’ils ont de grands patins à chausser puisque le Titan d’Acadie-Bathurst l’avait emporté en grande finale en 2012 face aux Yankees du Connecticut.

Sauf que la feuille de route des Lynx parle d’elle même cette saison.

L’équipe de la Péninsule Acadienne a déjà remporté deux tournois, ceux de St. Andrews et de Miramichi.

En saison régulière, l’équipe trône en première position du classement avec un dossier de 20-3.

Pour la gérant de l’équipe Jeannie Larocque, le talent n’est pas la seule explication des succès des Lynx.

«On était un peu inquiet au début de la saison parce qu’on avait seulement cinq joueurs de retour de l’an passé. On a aussi eu quatre blessés cette année, mais on a quand même réussi à maintenir le rythme», explique-t-elle.

«Nous avons beaucoup de talent, mais aussi de la profondeur, un très beau jeu de passe et les jeunes ont une très belle chimie entre eux», mentionne également la gérante des Lynx.

Selon elle, les joueurs font preuve d’une maturité exceptionnelle pour leur âge.

«On parle ici d’un travail d’équipe incroyable et beaucoup de discipline. Les jeunes sont très sérieux. On n’a aucune discipline à faire avec ce groupe de jeunes là. On va dans les restaurants et les serveuses nous disent qu’on a une belle équipe.»

C’est donc une belle machine de hockey qui va endosser fièrement l’uniforme du Titan d’Acadie-Bathurst à Québec.

Les jeunes sont fébriles, quelques semaines avant le grand départ, mais les parents aussi.

«Pour beaucoup de parents qui ont joué au hockey, c’est un rêve de participer au Tournoi international Pee-Wee de Québec. Les parents ont donc transmis cet enthousiasme là aux jeunes», souligne-t-elle.

Les Lynx seront menés à l’attaque par deux joueurs qui risquent de faire parler d’eux au cours des prochaines années, le centre Alexandre David et le défenseur Francis Basque.

Les jeunes de la Péninsule acadienne vont disputer leur premier match de la compétition le jeudi 12 février alors qu’ils affronteront les Sieurs de Matane.

Deux autres équipes du Nouveau-Brunswick vont aussi participer à cette compétition et qui vont représenter les Wildcats de Moncton (Lewisville) et les Sea Dogs de Saint-Jean (Fredericton).

Les Wildcats amorcent las compétition le vendredi 13 février contre Team Doritos, alors que les Sea Dogs affrontent le Fire d’Atlanta le lundi 16 février.

La formation compte trois filles

Il faut vraiment le savoir que les Lynx de la Péninsule acadienne comptent trois jeunes filles dans ses rangs.

À plusieurs égards, elles sont juste «one of the boys».

Érica Plourde, Valérie Haché et Marik Mallet ne font pas que remplir des chandails, elles ont aussi leur mot à dire dans les succès de l’équipe, affirme la gérante Jeannie Larocque.

«Les trois ont vraiment leur place dans l’équipe. Ce sont des filles qui participent à beaucoup de camps et qui travaillent fort constamment. Il y a beaucoup de talent dans la région, et le fait d’avoir été choisi dans l’équipe à la place de garçons, ça montre à quel point elles sont exceptionnelles», indique-t-elle.

Marik Mallet (#12) est une arrière, alors que Valérie Haché (#81) et Érica Plourde (#72) sont des attaquantes.

Plourde est la cousine de l’ancienne vedette des Aigles Bleues, Marie-Hélène, et la soeur de Yan, du Titan d’Acadie-Bathurst.

Les trois patineuses tiennent leur bout dans le circuit Pee Wee AAA et n’ont pas peur de bousculer les autres joueurs dans les coins de patinoire ou devant le filet.

«On voit la même chimie avec le reste de l’équipe en-dehors de la patinoire. À part faire chambre à part pour s’habiller, il n’y a aucune différence avec les autres», assure la gérante.

Ce que confirme d’ailleurs Marik Mallet.

«J’ai toujours joué avec des gars. Ça été plus difficile la première année à m’habituer parce que je ne savais pas quelle était le calibre de jeu», raconte la défenseure de 12 ans.

«Maintenant, je suis un joueur comme les autres.»

Et si vous lui laissez le choix, elle dit préférer joueur avec les gars.

«Le jeu avec les filles est moins compétitif. C’est moins un challenge. J’aime quand le jeu est vite», précise le numéro 12 des Lynx.

Selon elle, les autres joueurs de l’équipe n’ont jamais fait de différence entre les gars et les filles dans l’équipe.

«On a vraiment un bon esprit d’équipe», tranche Marik Mallet.

Quant au tournoi de Québec, il s’agira du point tournant de la saison des Lynx, croit-elle.

«C’est un privilège de jouer dans ce tournoi. Ce n’est pas tout le monde qui a cette chance. On va là pour l’expérience en premier, mais c’est toujours le fun de gagner!», annonce la jeune arrière.

«Le plus important, c’est qu’on s’amuse et qu’on ait du fun à jouer».