Jeux mondiaux de la Francophonie: Dieppe-Moncton candidate pour 2021

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick présentera la candidature des villes de Dieppe et de Moncton en vue de l’organisation des Jeux de la Francophonie de 2021.

Après le Sommet de la Francophonie en 1999, le Championnat mondial du curling masculin en 2009, les Championnats du monde junior d’athlétisme en 2010, deux championnats canadiens d’athlétisme (2013 et 2014), la Coupe du monde féminine de soccer U-20 en 2014 et la Coupe du monde féminine de la FIFA cette année, le Grand Moncton souhaite accueillir les Jeux mondiaux de la Francophonie en 2021.

Un comité local travaille de près avec le gouvernement afin de préparer le dossier de candidature qui sera présenté d’ici fin-juillet à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

«Je pense qu’on a une excellente chance d’être retenu. Le dynamisme de la communauté acadienne joue en notre faveur. Le secrétaire général de l’OIF, Abdou Diouf, a déjà dit que l’Acadie tire la francophonie vers le haut », fait savoir Éric-Mathieu Doucet, membre du comité local.

«Au Sommet de la Francophonie de 1999, la thématique était la jeunesse. Depuis, le Nouveau-Brunswick est connu comme le leader de la jeunesse dans la francophonie. D’avoir, 22 ans plus tard, les Jeux de la Francophonie, qui sont axés sur la jeunesse, ça serait très important.»

Moncton et Dieppe ont formellement donné leur appui au projet, qui doit obtenir l’aval du gouvernement fédéral.

L’approbation d’Ottawa n’est pas garantie, par contre, étant donné que la municipalité de Sherbrooke a récemment fait part de son intérêt pour organiser les jeux, à la suite du désistement de la Belgique. Le gouvernement du Canada pourrait appuyer une seule candidature ou laisser les deux présenter une candidature et attendre la réaction de l’OIF.

«C’est un peu le “wildcard” tout de suite. On ne sait pas dans quelle direction ça va aller», explique M. Doucet.

«Il faut passer l’étape avec le Canada et le Québec, c’est ça le gros défi. Par la suite, je pense que notre dossier à l’international va être assez solide pour se démarquer des concurrents», a-t-il mentionné, ajoutant qu’il y a environ cinq municipalités dans le monde qui se disent intéressés d’organiser les jeux.

Trois candidatures seront retenues par le comité de sélection cet automne. Le choix final sera connu à l’automne 2016.

Les Jeux mondiaux de la Francophonie ont lieu tous les quatre ans, soit l’année après les Jeux olympiques d’été. La première édition a eu lieu à Casablanca et Rabat, au Maroc, en 1989. Les jeux se sont déjà déroulés au Canada, en 2001, à Ottawa-Hull. Ceux de 2013 ont eu lieu à Nice, en France. Le Canada y a fait belle figure, avec une récolte de 44 médailles, dont 15 d’or. La pays hôte a dominé le classement avec 58 podiums, dont 23 en or.

Les Jeux de la Francophonie – les huitièmes sont présentés à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en 2017 – sont considérés comme le plus grand événement sportif et culturel de la francophonie sur la planète. Plus de 3000 athlètes et artistes provenant de 60 différents pays sont attendus en 2021.

Selon le gouvernement provincial, l’événement aurait des retombées économiques de 25 millions $, dont 22 millions $ dans les deux municipalités hôtesses.

«Cet événement d’envergure internationale permettrait de mettre en valeur notre province et particulièrement notre communauté acadienne et francophone», a affirmé le premier ministre Brian Gallant dans un communiqué de presse.

Les Jeux de la Francophonie comprennent 11 volets sportifs, dont l’athlétisme, le soccer, le tennis sur table et la boxe. Ils comprennent aussi sept volets culturels, dont la chanson, la photographie, la littérature et les arts visuels.

Si Moncton et Dieppe obtiennent les jeux, les volets démonstratifs seront le tennis et l’improvisation.

En 2017, Moncton et Dieppe seront les villes hôtesses des Jeux de la francophonie canadienne.

Une occasion en or pour Moncton et Dieppe

Les Jeux mondiaux de la Francophonie 2021 seraient une occasion en or de faire connaître Moncton et Dieppe sur le plan international. Si le Nouveau-Brunswick obtient les jeux, le nom des deux villes hôtesses fera partie de nombreuses publicités qui seront présentées à travers le monde.

La visibilité pourrait mener à une hausse d’inscriptions de l’international aux institutions d’éducation postsecondaire, en plus de promouvoir l’immigration francophone dans la région.

«Au niveau des jeux, toute la période de recrutement, les promotions à la télévision, les capsules sur les artistes et athlètes retenus, ça sera toujours pour les jeux de Moncton et Dieppe», affirme Éric-Mathieu Doucet.

«Il y aura des retombées au niveau du recrutement universitaire et collégial. On sera en mesure de monter une stratégie autour des jeux pour le recrutement international et l’immigration francophone.»

M. Doucet ajoute que les Jeux de la Francophonie favorisent les échanges culturels durant les jeux. La présence de volets artistiques comme le chant et les arts visuels permettraient au public de découvrir des cultures des quatre coins du monde.

Les étapes

1 – Appel des candidatures des États ou gouvernements intéressés à présenter les jeux de 2021 – 1er février au 30 juillet 2015.
2 – Visite et évaluation des candidatures des États et gouvernements. – Septembre à décembre 2015.
3 – Audition des États ou gouvernements candidats. – Février 2016.
4 – Désignation de l’État ou gouvernement hôte des 9es Jeux mondiaux de la Francophonie pendant le 16e Sommet de la Francophonie. – Novembre-décembre 2016.

Pays hôtes

1989 – Maroc
1994 – France
1997 – Madagascar
2001 – Canada
2005 – Niger
2009 – Liban
2013 – France
2017 – Côte d’Ivoire