10 km George-Gallant: la course du père, les souvenirs du fils

Le 10 km George-Gallant, de Shediac, tient à coeur à Daniel Gallant, le fils de George. La course à pied aura lieu samedi matin, dans la Capitale mondiale du homard.

Chaque été, alors qu’il est entouré par les centaines de participants de la course annuelle de Shediac, Daniel Gallant ne peut s’empêcher de penser à son père, qui pratiquait le sport à un niveau élevé des années 1940 jusqu’aux années 1970.

À l’époque, la course à pied n’était pas connue comme elle l’est aujourd’hui. La recherche et la littérature sur le sport n’étaient qu’à ses débuts, puis il n’y avait pas Internet pour s’informer sur les meilleures méthodes d’entraînements.

George Gallant. - Archives
George Gallant. – Archives

Cela n’empêchait cependant pas George Gallant de se dévouer entièrement à sa discipline de prédilection.

«La volonté était là. Parfois, il arrivait de son emploi avec le CN, à Moncton, puis il allait courir 26 miles (42,2 kilomètres) le soir. Quand tu ne savais pas, puis que tu n’avais pas d’entraîneur, tu faisais de ton mieux. Je pense qu’il aurait aimé d’avoir de l’aide à ce niveau-là, pour voir jusqu’où il aurait pu se rendre.»

Le simple fait de se rendre aux compétitions représentait tout un défi pour l’homme de Shediac, particulièrement quand il était jeune et n’avait pas de voiture.

«Lui, il faisait du pouce pour aller à ses courses. Peux-tu voir un jeune aujourd’hui se mettre sur le bord du chemin pour aller à des courses? Il me racontait que pour monter, parfois, c’était plus difficile de se trouver un conducteur, mais en revenant, il avait un trophée dans les mains et les gens étaient curieux. Ils étaient donc plus aptes à le laisser monter à bord», mentionne en riant Daniel Gallant.

À quatre reprises, George Gallant a été le premier Canadien à franchir la ligne d’arrivée au Marathon de Boston. En 1955, il a terminé 29e au classement général de la prestigieuse course, stoppant le chrono à 2h48m50s, soit son meilleur temps à vie. Il a aussi été dominant au niveau des provinces maritimes, remportant la course annuelle de Dartmouth sept années de suite et celle d’Halifax à cinq reprises.

«Lui, quand il allait au Marathon de Boston, c’est là qu’il en apprenait vraiment à propos de la course. C’est là que se retrouvaient les entraîneurs des coureurs élites, puis il y avait des cliniques pour les coureurs.»

L’une des plus anciennes courses au Nouveau-Brunswick, le 10 km George-Gallant aura lieu samedi matin à Shediac. De 300 à 400 coureurs sont attendus pour l’événement qui célèbre son 36e anniversaire cette année.

La course a souvent lieu dans des températures élevées, étant donné qu’elle est courue chaque été vers la mi-juillet. Cela aurait plu à George Gallant, qui réside maintenant à la Villa Provindence. Le membre du Temple de la renommée sportive du Nouveau-Brunswick excellait dans des courses qui se déroulaient sous un soleil brûlant.

Daniel Gallant assure qu’il y aura des stations d’eau tout le long du parcours. De plus, il y aura des médailles pour chaque participant, ainsi que des trophées pour les trois meilleurs de chaque catégorie d’âge, par tranche de 10 ans.

Le coup d’envoi du 10 km George-Gallant sera donné à 9 h 40, samedi matin.