Christine Aubé s’attaquera au détroit de Northumberland

Dans deux petites semaines, Christine Aubé et un groupe de 60 nageurs traverseront le détroit de Northumberland, le long du pont de la Confédération. Ils entreprendront l’exploit, nommé le Big Swim, afin d’amasser des fonds pour les enfants atteints de maladies chroniques.

C’était écrit dans le ciel que Christine Aubé prendrait part au Big Swim, le 16 août.

La traversée, d’une distance d’environ 13 kilomètres, lui a été proposée pour la première fois il y a tout près d’un an par son amie et partenaire d’entraînement, Donna Ried. Au début, elle s’est montrée hésitante.

«Je lui ai dit “ayoye, tu es malade!”», raconte-t-elle en riant.

Quelques mois plus tard, Mme Aubé a appris que la fille d’une de ses collègues de travail, qui avait très peu d’expérience à la nage, avait réussi le Big Swim, l’an dernier. Étant elle-même une vétérane de la nage, son orgueil était piqué.

Quand deux de ses coéquipières du club H2O Masters lui ont annoncé qu’elles s’étaient inscrites au défi, sa décision était prise.

«En dedans de moi, je me disais “moi aussi, il faut que je fasse ça”. Je me disais que c’est mon genre de défi. C’est moi qui fais ce type de chose-là normalement», explique celle qui a qui a fait des voyages en Australie et en Italie pour des compétitions de nage en eau libre.

«Je me sens en vie quand je fais ces choses-là. Ça met du piquant dans ton quotidien. On accomplit des choses qu’on n’aurait même pas pensé en se rendant là.»

Un seul obstacle demeurait entre Mme Aubé et son formulaire d’inscription: sa peur des requins. Selon le site internet du ministère des Pêches et des Océans, il y a eu 32 mentions confirmées ou probables de grands requins blancs sur la côte atlantique depuis 1874, dont certains dans le détroit de Northumberland.

«J’ai une amie de Montréal avec qui je parle, de temps en temps, qui est partie à rire et m’a dit “tu ne vas pas te faire manger par un requin. Voyons!”, mentionne-t-elle.

Formulaire d’inscription envoyé, Mme Aubé a entrepris un programme d’entraînement rigoureux afin d’être prête pour la nage du 16 août. En plus de plusieurs heures d’entraînement dans la piscine, son modus operandi comprend également de longues traversées en mer libre. Jeudi dernier, par exemple, elle a nagé, avec ses fidèles coéquipières Donna Reid et Ana Berlie, du quai de Pointe-du-Chêne, près de Shediac, jusqu’au quai de Grande-Digue, environ 8 kilomètres plus loin. Lundi, elle fera une autre sortie en eau libre, tout aussi longue.

Les organisateurs de la Big Swim espèrent ramasser 180 000 $, ce qui permettrait d’envoyer 180 jeunes souffrant de maladies chroniques au camp d’été de Brigadoon Village, en Nouvelle-Écosse. Chacun des 60 participants doit amasser un minimum de 1000 $ pour la cause. Certains en donneront beaucoup plus.

Depuis sa fondation, la Big Swim a permis de remettre plus de 560 000 $ à des organismes de bienfaisance.