Mondiaux d’athlétisme: Lalonde rate la finale de justesse

L’athlète acadienne Geneviève Lalonde termine 19e dans le 3000 m steeple aux Championnats du monde d’athlétisme de Pékin, en Chine. Elle a stoppé le chrono en 9m36s10c, soit moins d’une seconde de son record personnel de 9m35s69c.

Comme elle était classée 24e sur 46 concurrentes avant la compétition, la coureuse de Moncton a dépassé les attentes. Elle a vaincu au moins cinq coureuses ayant un meilleur chrono qu’elle en 2015. Elle a cependant raté la finale de justesse.

Lalonde a reconnu que les conditions étaient loin d’être idéales durant la course.

«Ce fut difficile, il faisait chaud sur la piste. Les filles ont vraiment tout donné. Nous sommes passées à 6min22sec à 2 km, ce qui est la cadence du record canadien», explique-t-elle.

«J’y allais le tout pour le tout, pour passer sous les 9min33sec, mais je me suis enfargée un peu sur quelques barrières parce que je sentais la pression», ajoute celle qui terminera ses études à l’Université de Guelph cette année.

Au Championnat du monde, cette année, il y a eu trois vagues de qualification au 3000 m steeple. Les trois meilleures de chaque vague, ainsi que les six meilleurs chronos suivants, ont obtenu une place sur la ligne de départ de la finale.

L’Acadienne a terminé en 6e position dans la première vague, qui comprenait les vedettes Hiwot Anyalew, de l’Éthiopie, Virginia Nganga, du Kenya, et Stephanie Garcia, des États-Unis. Elle a couru avec les meneurs jusqu’aux 500 derniers mètres, à quel point le trio d’Anyelew, Nganga et Garcia se sont échappés du peloton.

Le chrono de Lalonde était environ six secondes plus lent que celui d’Ozlem Kaya, de la Turquie, la dernière athlète à se qualifier pour la finale (9min30sec23c).

Malgré tout, l’Acadienne se disait satisfaite de sa performance et très heureuse de son expérience en Chine.

«Je ne croyais pas que je serais ici au début de la saison. Alors, venir ici et courir comme ça, c’était vraiment plaisant.»

Celle qui évolue avec le club Speed River, de Guelph, en Ontario, tournera prochainement son attention vers les essais des Jeux olympiques de Rio 2016. Afin d’y participer, elle devra terminer parmi les trois meilleures aux Championnats canadiens d’athlétisme, en juillet 2016, à Edmonton.