Anderson MacDonald fait déjà saliver les recruteurs

Ça fait déjà plus d’un an qu’Anderson MacDonald, des Vito’s de Saint-Jean, est considéré le meilleur espoir du Nouveau-Brunswick en vue du repêchage de 2016 dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Sa maturité physique – il fait déjà 6 pieds 1 pouce et 200 livres -, son flair offensif rehaussé par la qualité de son tir et un coup de patin nettement au-dessus de la moyenne pour un gros bonhomme, ainsi que sa combativité sur la glace en font un attaquant de puissance qui fait déjà saliver plusieurs recruteurs de la LNH. Certains d’entre eux le voient même déjà comme un éventuel choix de première ronde pour 2018. C’est vous dire à quel point il est bon.

Si l’encan de juin dans la LHJMQ à Charlottetown s’annonce, règle générale, plutôt moyen, la qualité des joueurs répertoriés en première ronde par le Centre de soutien au recrutement (CSR) ne laisse toutefois aucun doute.

Outre MacDonald, les attaquants Benoît-Olivier Groulx, de l’Intrépide de Gatineau, Gabriel Fortier, des Lions de Lac-Saint-Louis, Andrew Coxhead, du Steele Subaru de Dartmouth, et Shane Bowers, des Black Hawks de Waterloo, les gardiens Olivier Rodrigue, des Élites de Jonquière, et Alexis Gravel, des Senators de Mississauga, de même que les défenseurs Jared McIsaac, du Wolfpack de Cole Harbour, Jeremy Bucheler, des Lions, Noah Dobson, du Red Bull de l’Académie de Salzbourg, Xavier Bouchard, des Forestiers d’Amos et Xavier Bernard, des Grenadiers de Châteauguay, ont tous ce qu’il faut pour devenir des joueurs de concession.

MacDonald avoue avoir déjà discuté avec quelques équipes. Il se doute aussi que bien d’autres formations voudront discuter avec lui d’ici au repêchage qui aura lieu le samedi 4 juin au EastLink Centre de Charlottetown.

«Je suis un gars qui aime compétitionner, affirme-t-il. Je crois aussi que je peux apporter du leadership au sein d’une équipe. J’ai l’intention de travailler fort cet été pour améliorer son jeu en général et aussi pour devenir encore plus puissant. En fait, je tente de copier ma façon de jouer à celle de Ryan Getzlaf. C’est un gars qui donne toujours le meilleur de lui-même, qui bataille dans toutes les situations de jeu et qui joue avec intelligence. C’est le genre de joueur que j’aimerais devenir.»

Selon MacDonald, d’avoir pu gradué dès l’âge de 14 ans dans les rangs midget l’ont grandement aidé dans son développement.

«Ça été une très bonne décision d’avoir fait le saut dans le midget AAA si jeune. Ça m’a grandement aidé de pouvoir jouer avec des joueurs plus âgés. Au départ, je n’étais pas certain que je pourrais tenir mon bout, mais je me suis rapidement senti à l’aise», indique le hockeyeur de Quispamsis.

En deux saisons avec les Vito’s, MacDonald a accumulé 36 buts et 70 points en 59 matchs. Il a de plus ajouté huit filets et 17 points en 14 duels éliminatoires.

Il y a par contre un hic à son sujet.

MacDonald, qui est représenté par Andrew Maloney de l’écurie Maloney & Thompson Sports Management – la même firme qui gère, entre autres, les carrières de Roman Josi, des Predators de Nashville, et Brooks Laich, des Maple Leafs de Toronto -, se dit prêt à évoluer dans la LHJMQ, mais il y a cependant quelques villes où il refuserait de se rapporter.

«Je n’ai aucun problème à aller jouer au Québec ou ailleurs dans les Maritimes, mais en autant que le programme en place, l’entraîneur et les joueurs qui s’y trouvent pourront m’aider à me développer, dit-il. C’est pourquoi je regarde toutes mes options, dont la route des collèges américains (NCAA).»

MacDonald a également été repêché par le Steel de Chicago (8e ronde, 118e au total) lors du récent encan de la USHL.

Bien sûr, si on lui donnait le choix, les Sea Dogs de Saint-Jean seraient vraisemblablement sa destination de prédilection. Après tout, il a appris à connaître (et à aimer) ce club depuis ses jeunes années. Les Sea Dogs possèdent actuellement le 11e choix, sélection obtenue lorsqu’ils ont envoyé le défenseur Wll Thompson aux Islanders de Charlottetown en août 2014. Les rumeurs vont par ailleurs bon train à l’effet qu’ils tenteraient d’améliorer leur sort afin de se rapprocher du rang de sélection de MacDonald.

«C’est certain que ce serait génial, mais je ne sais pas ce qui va arriver. Tout ce que je peux dire c’est que j’ai hâte au repêchage», ajoute le jeune colosse.