C’est maintenant officiel, l’Acadien Simon Richard participera aux Jeux paralympiques de Rio à l’automne au sein de l’équipe canadienne de goalball.

L’athlète de Dieppe sera le seul représentant de l’Atlantique au sein de la formation qui se rendra au Brésil du 7 au 18 septembre.

L’étudiant de troisième année en kinésiologie à l’Université de Moncton est sans doute le seul Néo-Brunswickois qui a déjà hâte que l’été soit terminé!

«J’étais très content. J’avais quand même un bon feeling, mais cette bonne nouvelle a confirmé ma place», indique l’athlète âgé de 22 ans.

Simon Richard
Simon Richard

Richard était un peu nerveux, mais n’a jamais douté de sa sélection.

«J’ai cru dans le processus et dans mon entraînement. J’ai pris ça une étape à la fois.»

Celui qui évolue à la position de centre trépigne déjà d’impatience à l’idée de quitter pour l’Amérique du Sud.

«C’est tout un honneur de représenter mon pays. Ça ne m’a pas encore réellement frappé. J’ai vraiment hâte d’y être.»

Ce sera la troisième fois que Simon Richard endossera l’uniforme unifolié, mais ce sera de  loin sa plus importante compétition internationale.

Il avait participé aux Championnats du monde en 2014 à Espoo (Finlande) et aux Jeux panaméricains de Toronto l’été dernier.

«Je me sens prêt pour cette compétition. Je suis convaincu que nous allons avoir un très bon tournoi», affirme-t-il.

Pour se préparer adéquatement, la formation canadienne tiendra deux camps d’entraînement cet été et prendra part à un tournoi en Lithuanie.

«Je suis le seul de l’Atlantique. C’est donc un peu plus difficile de rencontrer les autres joueurs. Je vais quand même aller à Montréal en juin pour m’entraîner avec les joueurs du Québec», mentionne celui qui pratique le goalball depuis 13 ans.

Richard estime qu’une médaille est possible pour le Canada, même si la compétition sera très relevée à Rio.

«C’est le plus gros événement de la planète. Ça va être toute une expérience. C’est le but ultime de tout athlète. On va se battre pour une médaille. Je pense qu’on a une chance d’y arriver. Il faut juste y croire et jouer de la façon dont on peut le faire», croit-il.

Selon lui, la principale opposition proviendra des États-Unis, de la Finlande, de la Lithuanie et du Brésil.

«J’espère que les gens vont venir voir nos parties parce ça devrait être tout un spectacle», promet-il.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle