«J’ai atteint tous mes objectifs» – Geneviève Lalonde

Geneviève Lalonde est tellement gâtée par la vie en 2016 qu’elle doit sûrement se demander si elle n’est pas en train de rêver toute éveillée. Non seulement elle a atteint son principal objectif qui était de prendre part aux Jeux olympiques, mais elle s’est aussi arrangée pour immortaliser sa présence à Rio en battant son propre record canadien et en courant la finale devant le monde entier la journée de la fête nationale des Acadiens.

Le gars des vues aurait pu difficilement concocté un meilleur scénario pour la spécialiste du 3000m steeple.

Certes, des petits malins diront qu’une 16e position est loin d’un podium, ce qui n’est pas faux quoique tout est relatif. Après tout, une 16e place sur la plus grande tribune sportive d’une planète qui compte près de 200 pays et plus de 7,4 milliards d’humains, ce n’est quand même pas rien.

Et Geneviève Lalonde, à n’en pas douter, est fière de son parcours. Elle en a bossé un coup.

«J’ai atteint tous mes objectifs. En 2016, je voulais participer aux Jeux olympiques et être compétitive. J’ai couru à travers le monde, j’ai pris part à la finale olympique, j’ai réalisé mon meilleur temps à vie et j’ai le record canadien. Jusqu’ici, l’année a été remplie de moments mémorables», affirme la jeune femme âgée de 24 ans.

Elle n’a d’ailleurs pas manqué de remercier à sa façon ses plus fidèles partisans en soufflant un baiser vers la caméra quelques secondes avant le départ de la demi-finale de samedi. Un petit bec avant le record, ça ne fait pas de tort.

«Je l’avais déjà fait lors des Jeux panaméricains, l’an dernier, lance-t-elle en riant. C’est simplement une marque d’amour pour tous les gens qui m’appuient. Je ne le fais pas toujours, mais quand le moment s’y prête, j’aime bien faire signe à mon monde.»

Elle révèle du même coup qu’il y a quelques semaines, lorsqu’elle a su que la course ultime du 3000 mètres steeple avait lieu le 15 août, son envie de prendre part à la finale s’en est automatiquement retrouvée décuplée. Comme quoi il ne faut jamais mettre une Acadienne au défi.

«La communauté acadienne m’a fourni les occasions pour me rendre ici et je tenais à prendre part à la finale. L’Acadie m’a toujours encouragé et elle m’a donné le coeur de continuer et de réaliser mon rêve de jeune fille. D’avoir pu prendre part à une finale olympique un 15 août, je peux juste dire merci à la vie», raconte-t-elle.

Lalonde déborde d’autant plus de bonheur qu’elle a vécu l’aventure de Rio avec ses parents (Marc et Lynn), ainsi que son ami de coeur (John Erik Rasmussen).

«C’était formidable qu’ils soient là, mentionne-t-elle. Des amies proches de Guelph étaient aussi ici pour m’encourager. Depuis mardi, j’ai aimé faire la touriste avec ma famille. Nous avons été voir les compétitions de BMX, de triathlon, de même que le marathon et d’autres épreuves de piste.»

Et la finale, Geneviève, dirais-tu que tu as épuisé un brin trop d’énergie deux jours plus tôt en améliorant ton record canadien? Rappelons qu’elle a enregistré un chrono de 9m30s24c en demi-finale, puis un temps de 9m41s88c en finale.

Elle répond par la négative.

«Mon chrono en finale n’a aucun rapport avec la fatigue, assure-t-elle. Ç’a été deux courses différentes. La première était très tactique, alors que la deuxième s’est avérée plus rapide. En finale, je n’étais juste pas capable de rester avec le groupe devant moi. Les filles étaient très fortes.

Heureusement, j’ai encore du temps pour me rendre à leur niveau.»

Elle insiste également pour dire que les problèmes environnementaux de Rio ont été exagérés.

«Rio est une ville formidable et surtout d’une grande beauté. L’eau était belle sur la plage et je ne connais personne qui soit tombé malade. Nous avons eu droit à des jeux superbes», soutient-elle.

Geneviève Lalonde s’accordera maintenant un peu de repos avant de s’attaquer à la suite de sa carrière. Ainsi, il est déjà clair dans sa tête qu’elle veut participer aux Jeux de Tokyo en 2020.

«D’ici là, j’ai l’intention de prendre part à plusieurs compétitions internationales. Oui j’ai réalisé mon grand rêve en me qualifiant pour les Olympiques de Rio, mais je suis maintenant curieuse de voir jusqu’où la vie va me mener», ajoute-t-elle avec sa bonne humeur coutumière.