Il faut s’attendre à tout au Marathon de Toronto

Près d’une vingtaine de Néo-Brunswickois prendront part au Marathon de Toronto, dimanche, dans le centre-ville de la capitale ontarienne. De ce groupe, on retrouve deux noms reconnaissables entre 1000 parmi les amateurs de course à pied de la province, Réjean Chiasson et Shelley Doucet.

 

Chiasson, pour un, sera sur la ligne de départ pour aider son amie Rachel Hannah à améliorer son record personnel de 2h32m09s réalisé en janvier à Houston, qui se veut le chrono le plus rapide cette année chez les femmes au Canada.

Un constat plutôt ironique quand on sait que les deux marathoniennes qui ont représenté l’unifolié aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, Lanni Marchant et Krista Duchene, ont été moins rapides qu’elle jusqu’ici en 2016.

Cela dit, le coureur de Tilley Road espère être en mesure d’aider Hannah à obtenir son laissez-passer pour les Mondiaux de l’IAAF de 2007 qui auront lieu au Stade olympique de Londres, au Royaume-Uni (5 au 13 août).

«Rachel est une très bonne amie avec qui je cours régulièrement. Dimanche, elle vise un temps de 2h32m. J’aimerais l’aider à atteindre cet objectif, surtout qu’elle souhaite prendre part aux Championnats du monde l’an prochain», révèle le recordman provincial du marathon avec un chrono de 2h17m48s réalisé en octobre 2011, justement à Toronto.

«Par contre, comme ils annoncent du vent et de la pluie, c’est possible que l’objectif soit changé. Bien sûr, le vent, de la façon dont le parcours est fait, tu l’as dans le dos une bonne partie du temps. Mais la pluie, s’il fait un peu froid, pourrait rendre les choses plus difficiles», souligne-t-il.

«Je vais courir au moins une trentaine de kilomètres avec Rachel, puis il est possible que je termine la course à mon rythme», mentionne Chiasson, qui en sera à une première compétition depuis belle lurette.

Il faut dire qu’avec sa compagnie Pace & Mind et son nouveau rôle d’entraîneur chez Adidas, son emploi du temps est passablement occupé.

«Ça va super bien avec le programme Adidas. Nous faisons trois sorties de course par semaine dans les rues de Toronto et il y a toujours de 60 à 80 coureurs. Adidas est satisfait et ça regarde bien pour que mon contrat soit renouvelé pour 2017», raconte le coureur et entraîneur âgé de 33 ans.

De son côté, Shelley Doucet aspire à briser le record provincial féminin de 2h47m26s qui appartient depuis 2011 à Paula Keating.

«C’est évident que j’aimerais le battre, mais mon véritable objectif n’est pas centré sur le record», soutient-elle.

«Ce que je veux, avant tout, est d’offrir le meilleur de moi-même. Si je me base sur ma condition physique et sur les chronos de mes récentes courses, le record est à ma portée. J’ai travaillé fort pour ce marathon. À l’entraînement, j’ai même effectué plusieurs longues distances au rythme d’un marathon sous la supervision de mon incroyable entraîneur John Lofranco», indique-t-elle.

Doucet est toutefois consciente que n’importe quoi peut arriver dans un marathon. C’est pourquoi elle s’est déjà convaincus que peu importe son temps, dimanche, elle franchira le fil d’arrivée avec sourire. En autant bien sûr qu’elle donne tout ce qu’elle a, précise-t-elle.

«Honnêtement, je suis juste contente d’être en mesure de prendre part à ce marathon en bonne santé. J’ai dû composer avec trois blessures dans les deux dernières années et ça fait quand même 17 mois que je n’ai pas couru un marathon», dit-elle.

«Je suis également reconnaissante pour tout l’appui que j’ai de ma famille et de mes amis coureurs à travers la province, en plus d’avoir de si bons commanditaires (Salomon, Liv9 et River and Trail Outdoor Company). Et, surtout, je suis tellement excitée d’avoir l’occasion de partager cette expérience avec ma soeur (Marci Holland) qui, elle aussi, tentera d’améliorer sa marque personnelle», ajoute Shelley Doucet, dont le meilleur temps à vie est de 2h50m52s, réalisée en mai 2015 au Marathon Sugarloaf, dans l’État du Maine.

Vincent Pichard, le journaliste marathonien, vise une qualification pour Boston

Parmi les Néo-Brunswickois qui seront sur la ligne de départ du Marathon de Toronto, dimanche, on retrouve le journaliste de l’Acadie Nouvelle, Vincent Pichard, qui en sera à son septième 42,2 km à vie.

L’an dernier, Vincent a établi une nouvelle marque personnelle lors du Marathon de Niagara Falls en complétant la course en 3h11m52s. Une prestation qui lui avait valu la 27e place au classement.

«L’échéance se rapproche pour moi», a-t-il confié, jeudi après-midi.

«Demain matin (vendredi), je vais aller chercher mon dossard et samedi je vais effectuer mon dernier entraînement. Je m’attends de courir tranquillement une vingtaine de minutes. Et enfin, dimanche matin à 8h45, je pars à l’assaut des routes torontoises», s’est-il exclamé.

«Je vise un temps de 3h10m afin d’obtenir du même coup mon laissez-passer pour Boston. Nous verrons bien. Je vais avoir le verdict dimanche», a-t-il révélé.

Parmi les autres Néo-Brunswickois qui prendront part au marathon, notons le multiple médaillé international du tir au poignet Sylvio Bourque, de Grande-Digue.