Une année 2016 fort mouvementée dans la LHSNE

Ce n’est pas peu dire que d’affirmer que les 12 derniers mois ont été très mouvementés dans la Ligue de hockey senior Nord-Est. Une année 2016 qui aura fait couler beaucoup d’encre et qui annonce du même coup un changement de cap sur le spectacle qu’on souhaite désormais y présenter.

Les incidents du 29 janvier à l’aréna des Îles, qui ont mené à la suspension de deux ans de Brandon Kenny, s’avèrent bien sûr l’événement qui a le plus retenu l’attention pendant la dernière année.
L’ex-agitateur du Au P’tit Mousse de Lamèque a accompli dans une seule journée ce que d’autres hockeyeurs pratiquant un style similaire prendront une carrière à accumuler. C’est vous dire à quel point Kenny a marqué l’histoire et qu’il sera encore le sujet de conversation dans plusieurs années à venir.
Après s’est élancé d’une soixantaine de pieds pour aller servir un double-échec dans le dos du gardien Ryan Court, des Vikings du Restigouche-Nord (blessé sur la séquence), Kenny, une fois en civil et dans les gradins avec la foule, s’est élancé à deux reprises au banc des joueurs de l’équipe visiteuse pour aller s’en prendre à un adversaire. Joey Bernard est l’un des deux joueurs qui a goûté à la médecine de Kenny avec un vicieux coup de poing qui l’a blessé au visage.
À la suite de sa deuxième visite, Kenny en est également venu aux coups avec un spectateur. Enfin, le soir même, il est allé raconter dans les médias sociaux qu’il avait demandé à tous les joueurs des Vikings de venir se battre avec lui sinon il allait s’en prendre à Court. Sur ce point, Kenny a démontré qu’il n’avait qu’une parole.
La LHSNE aurait cependant pu mener ce dossier d’une meilleure façon en chassant immédiatement Kenny de la ligue, au lieu de changer à trois reprises le verdict de la suspension.
Surtout que ces incidents ont malheureusement eu des répercussions, puisque les deux mêmes équipes ont entamé quelques jours plus tard la première ronde des séries l’une contre l’autre et les actes de violence n’y ont pas manqué.
Parlant des séries, on ne peut pas passer sous silence l’extraordinaire finale qui a opposé les JC’s de Bouctouche au Au P’tit Mousse.
Les JC’s, qui tentaient de mettre un terme à leur éternel rôle de finalistes – ils avaient perdu en finale contre Lamèque en 2014 et contre Tracadie en 2015 -, se sont finalement inclinés en sept matchs après avoir pourtant pris les devants 3-1 dans la série. Même qu’ils ont laissé filer des avances de trois buts dans les 5e et 6e parties pour perdre ensuite le match ultime en prolongation. Il s’agit possiblement de la série finale la plus spectaculaire dans l’histoire du hockey senior néo-brunswickois. Et chacune des parties a été disputée dans des arénas remplis à craquer.
L’attribution du tournoi de la Coupe Allan aux JC’s, en mars, est un autre événement digne de mention. C’est seulement la deuxième fois dans l’histoire que ce trophée né en 1909 sera disputé au Nouveau-Brunswick. La première fois remonte en 1992 à Saint-Jean, année où les Vito’s de la ville portuaire l’avaient d’ailleurs remporté. Reste à voir si les JC’s parviendront à accomplir le même exploit en avril.
L’entrée en scène des Stallions de Montague a aussi retenu l’attention. C’est la deuxième fois que la LHSNE ouvre ses portes à un club d’une autre province après l’Hôtel Gagnon d’Amqui la saison dernière. L’équipe québécoise a toutefois plié bagage après une seule campagne.
Enfin, un autre événement qui a soulevé les passions est sans aucune doute la décision du président Roger Brun de chasser sans tambour ni trompette les durs à cuire Sullivan Cullen (Montague) et Cory Smearer (Elsipogtog), plus tôt ce mois-ci.
Un verdict qui confirme la volonté du président Brun à enrayer pour de bon la violence inutile dans son circuit.
Parmi les exploits individuels, il faut noter le brio du défenseur Billy Bezeau, du Au P’tit Mousse, pendant les séries éliminatoires. Bezeau a dominé tous les pointeurs du circuit avec une récolte de 44 points en seulement 18 matchs éliminatoires. Des chiffres astronomiques.
En ce qui concerne la nouvelle saison, marquée par une parité inégalée entre les équipes, les JC’s et les Stallions ont pris une sérieuse option sur les deux premières places du classement, mais il reste encore beaucoup de hockey à disputer avant les séries éliminatoires.