Alexandre Bernier et Samuel LeBlanc soulèvent la Coupe du Président

Tel père, tel fils…

On peut maintenant l’affirmer sans l’ombre d’un doute: les Bernier, c’est une famille de champions.

Le paternel Marc a remporté le championnat canadien universitaire avec les Aigles Bleus de l’Université de Moncton en 1990 et l’aîné Matt a mis la main sur la coupe Kent avec les Commandos de Dieppe en 2015.

Le cadet Alexandre fait maintenant partie du groupe depuis mercredi soir.

«Ça doit être génétique!», lance le défenseur des Sea Dogs de Saint-Jean.

Le patineur âgé de 19 ans a savouré la conquête de la Coupe du Président en famille.

«Mon père est un gars compétitif comme moi. Le fait de voir son fils gagner la coupe, c’est un peu comme s’il l’avait gagné lui-aussi», explique-t-il.

«Il m’a beaucoup aidé dans le hockey toute ma vie et il mérite une grosse partie de mon succès. Il a lui aussi gagné une coupe. C’est incroyable pour la famille. Ce fut toute une expérience de vivre ça avec lui. J’essaie de suivre ses traces parce qu’il a eu une belle carrière dans le hockey. J’ai des gros souliers à remplir», poursuit-il.

Le jeune Bernier a été un des rouages importants de son équipe dans leur victoire en quatre rencontres face à l’Armada de Blainville-Boisbriand en finale de la LHJMQ.

Plus de 24 heures après le grand moment, il n’était toujours pas revenu sur terre.

«Ça commence à rentrer un peu. Il n’y a pas de mot pour dire à quel point je suis heureux. On voulait accomplir ça depuis le début de la saison et on avait des grosses attentes. C’est un soulagement et un beau sentiment de fierté en même temps.»

Sauf que ce n’est pas une surprise puisque Saint-Jean était favori pour l’emporter.

«On gagnait 2 à 0 après la première période. En arrivant dans la troisième, on avait une idée que ça pouvait arriver. Mais il fallait garder le même rythme», précise-t-il.

Alexandre Bernier pointe du côté de l’esprit qui anime le groupe pour expliquer leur domination cette saison.

«Tous les joueurs ne font qu’un dans cette équipe. On avait tous le même but. On a vraiment un groupe très spécial. Tout le monde est proche dans l’équipe. C’est pour ça qu’on a gagné le championnat.»

Il s’agit pour lui d’un premier titre de cette envergure, même s’il avait remporté le championnat provincial à sa troisième année avec les Flyers de Moncton (midget AAA).

«Gagner le championnat de la ligue dans le midget et gagner la Coupe du Président, ça ne se compare pas du tout», affirme-t-il en riant.

«Dès mon arrivée à Saint-Jean l’an passé, je me suis mis dans la tête que j’aurais un rôle à jouer dans les succès de l’équipe cette saison et je me suis concentré là-dessus. J’ai laissé tout le reste derrière.»

Son compatriote Samuel LeBlanc flottait sur le même nuage que son bon ami.

«C’est un feeling incroyable. Mais ce n’est pas encore fini. Il reste encore la coupe Memorial», fait-il remarquer.

«Pendant toute ma jeunesse, j’ai suivi les Wildcats. Je me souviens quand ils ont gagné la Coupe du Président (en 2006). Depuis ce temps-là, c’est un de mes rêves de jouer dans la LHJMQ et de gagner à mon tour. C’est quelque chose dont je rêvais, et le fait de le réussir, c’est quelque chose d’incroyable.»

Les deux Acadiens auront la chance d’ajouter un autre titre à leur collection dans une semaine, alors que le tournoi de la Coupe Memorial sera présentée à Windsor, en Ontario.

«Toutes les équipes qui seront là ont gagné le championnat de leur ligue (sauf l’équipe hôtesse) et il n’y aura rien de facile. Mais avec l’équipe qu’on a, je pense que c’est possible. On a beaucoup de talent et de coeur dans ce vestiaire.»

Alexandre Bernier, Samuel LeBlanc et le reste des Sea Dogs disputeront leur premier match de la compétition le 19 mai en croisant le fer avec les Spitfires de Windsor.