Taekwondo: direction Corée du Sud pour Emmanuelle Boudreau

Emmanuelle Boudreau s’apprête à prendre un vol d’avion à destination de la Corée du Sud dans quelques jours. En général, les gens qui font le voyage vers ce pays d’Extrême-Orient sont portés à visiter les paysages à couper le souffle et les nombreux sites historiques, mais l’Acadienne n’a pas envie de jouer au touriste durant son séjour. En effet, l’athlète âgée de 21 ans se déplacera plutôt vers la ville de Muju afin de participer aux Championnats du monde de taekwondo qui se tiendront du 25 au 30 juin.

En préparation depuis deux mois, la championne canadienne croit avoir fait tout en son pouvoir afin d’être dans la meilleure forme possible.

«Je crois que l’on n’est jamais assez prêt pour un tournoi de cette taille, mais je compte appliquer au meilleur de mes capacités ce que j’ai appris au cours de mes entraînements. De cette façon, je vais être en mesure de mettre le plus de chance de mon côté durant la compétition», a-t-elle révélé.

Au cours de cette période, l’Acadienne a fait preuve d’une détermination exceptionnelle afin de concilier entraînements et travail. Par chance, elle est extrêmement disciplinée.

«Je travaille 48 heures par semaine, donc je n’ai pas eu le luxe de me concentrer uniquement sur le taekwondo. Tous les jours, je me suis présentée au gymnase de 12h à 14h afin de m’entrainer. Aussi, trois jours par semaine, j’avais un programme de musculation en plus des exercices cardiovasculaires à compléter le soir. J’ai toutefois réussi à bien gérer cette situation et j’ai maximisé mes journées de repos afin de bien récupérer.»

Pour ce qui est de la compétition, l’Acadienne qui combattra chez les 73 kg et plus se fixe des objectifs réalistes.

«Je dois garder en tête que je suis de retour au taekwondo depuis un an seulement. Je ne veux pas viser de podium pour ne pas être déçu à la fin.»

«Toutefois, je n’ai pas l’intention de seulement faire acte de présence, car je souhaite prouver aux gens que je suis au même niveau que mes adversaires. Il s’agit du Championnat du monde, il y aura donc des olympiennes dans ma catégorie et je veux leur offrir une bonne opposition», a-t-elle ajouté.

Emmanuelle Boudreau peut toutefois compter sur une certaine expérience au niveau international. L’an dernier, elle a participé aux Championnats panaméricains de taekwondo à Querero, au Mexique. Elle a aussi remporté une médaille d’argent en novembre lors d’une compétition ouverte à Paris.

Pour ce qui est de la pression rattachée à un événement d’une telle ampleur, l’athlète originaire de Dalhousie Junction dans le Restigouche et classée au 82e rang mondial dans sa catégorie croit qu’elle sera en mesure de bien la gérer grâce à sa bonne préparation.

«J’ai un plan de match qui varie selon la taille de mes adversaires. Aussi, je me suis fait plein de scénarios dans ma tête qui me forcent à visualiser les actions à prendre dans différentes situations. Autre que cela, la pression va être présente, mais comme athlète, tu dois être capable de bien la gérer.»

L’athlète qui demeure maintenant à Ottawa croit que sa taille de 5 pieds 9 pouces, considérée comme petite dans sa catégorie, pourrait lui rendre service en Corée du Sud.

«Le taekwondo est un sport où les personnes de grandes tailles sont avantagées. Ma taille peut me nuire quelque fois, mais c’est aussi un avantage parce que je suis habituellement plus rapide que mes adversaires. Je bouge mieux et je suis beaucoup plus agile, donc je suis avantagée. Aussi, je suis solide sur mes deux pieds. Bref, je crois pouvoir bien me tirer d’affaire», prétend la seule représentante du Nouveau-Brunswick qui sera en action le 27 juin.