Les Reines des anneaux en redemandent!

Après le célèbre Seigneur des anneaux, place aux Reines des anneaux!

Christine Cormier et Jessica Bourque seront en mission le 22 juillet à Notre-Dame-de-Kent. Les deux Acadiennes tenteront alors de défendre avec succès leur titre du championnat du Nouveau-Brunswick au lancer des anneaux (Washer Toss) acquis l’an dernier.

C’est un peu par hasard que les deux amies ont découvert leur nouvelle passion. Ce qui était un simple passe-temps est rapidement devenu beaucoup plus que ça.

«Nous jouons aux anneaux depuis seulement deux ans. On a découvert ce sport en faisant du camping avec nos familles et nos amies. On aime la compétition. On joue pour s’amuser, mais on prend quand même ça au sérieux», raconte Jessica Bourque, qui joue également les fléchettes et les quilles.

Parce que ce n’est pas tout le monde qui peut exceller à ce sport.

Non, ne riez pas.

On doit quand même avoir certaines qualités de base pour espérer remporter un titre provincial.

«Comme dans n’importe quel sport, ça prend de l’entraînement pour s’améliorer. Ça prend plusieurs qualités, mais la plus importante est la patience. On doit aussi pouvoir jouer sous pression», mentionne l’athlète originaire de Bouctouche.

Les amies veulent soulever le précieux trophée pour une deuxième année de suite et elles n’ont pas lésiné sur leur préparation depuis le début de la belle saison.

«On s’entraîne assez souvent, je dirais deux fois par semaine, en plus de jouer le dimanche au camping», souligne Jessica.

Le sérieux que mettent les championnes de la division féminine ne surprend pas Pierre Richard. C’est une histoire qu’il entend fréquemment, car l’organisateur principal de ce quatrième tournoi constate justement une véritable croissance de ce sport depuis quelques années. Et la compétition est de plus en plus féroce.

«C’est un sport qui donne la chance à tout le monde de participer. Que tu sois un homme, une femme, que tu sois jeune ou vieux, handicapé ou pas, tu peux participer. C’est un sport qui est juste et équitable», affirme-t-il.

«C’est ça la beauté de ce sport. Tu n’as pas besoin d’être en grande forme physique. Je pense que c’est pour ça que ça devient de plus en plus populaire. C’est pour ça qu’on continue d’organiser le tournoi année après année, parce qu’on voit la croissance du sport.»

Les chiffres qu’il avance parlent d’ailleurs d’eux-mêmes.

«On a commencé avec 60 équipes et on est passé à 96 dès la deuxième année. Cette année, on parle de plus de 180 équipes», déclare fièrement Pierre Richard.

L’aspect convivial de cette activité explique aussi en partie sa croissance rapide, note l’organisateur principal de l’événement.

«Ce n’est pas comme le hockey, où les gars se haïssent après chaque match! Aux anneaux, les gens se donnent la main à la fin et se félicitent. C’est beau à voir», indique celui qui s’aligne avec les JC’s de Bouctouche durant l’hiver.

Sauf que n’allez pas croire que tous les joueurs et joueuses d’anneaux seront tous sur le party avant la compétition. Il y aura quand même plus de 5000$ en bourses qui seront à l’enjeu le 22 juillet.

«Il y a beaucoup de gens qui n’osent pas boire parce qu’ils prennent ça au sérieux. Ils savent que l’alcool peut changer tes lancers!», lance Richard en riant.

On peut encore s’inscrire à ce qui est déjà le plus important tournoi de lancers des anneaux au Canada en se rendant sur le site: www.NBWasherCup.com.