Tel père, tel fils… sur deux roues aux Jeux du Canada!

Dans la majorité des cas, la plupart des pères qui ont évolué à des niveaux compétitifs dans les sports rêvent secrètement de voir un jour leur enfant suivre leurs traces. L’Acadien Anthony Arseneau permettra à son paternel de vivre ce moment de grâce dans un peu plus d’un mois, alors qu’il représentera le Nouveau-Brunswick aux Jeux d’été du Canada à Winnipeg, au Manitoba.

D’ailleurs, le Dieppois a encore du mal à réaliser qu’il est l’un des neuf cyclistes néo-brunswickois à avoir été retenu pour la compétition.

«Il s’agit d’un objectif que je souhaitais atteindre depuis longtemps. Je suis très fier de pouvoir représenter ma province sur l’échelle nationale», a-t-il révélé.

L’athlète qui vient tout juste de célébrer son 16e anniversaire sera l’un des plus jeunes participants, toutes compétitions confondues, lors des prochains Jeux. Le jeune surdoué ne se fait donc pas d’illusion quant à ses chances d’obtenir une médaille.

«Je vais être l’un des plus jeunes athlètes à Winnipeg, donc je ne m’attends pas nécessairement à obtenir un podium. Toutefois, je crois que je vais être en mesure de bien performer. J’ai comme objectif de gagner en expérience et de me familiariser avec le niveau de compétition. Il s’agira d’une première audition, puisque je vais être en âge de participer de nouveau en 2021.»

Il fera partie de l’équipe de vélo de montagne et il prendra part à trois épreuves, soit la course de vitesse, la course à relais et la course de cross-country. Le principal intéressé tente présentement de peaufiner quelques points avant le début de l’événement qui se tiendra du 28 juillet au 13 août.

«Récemment, j’ai allongé la durée de mes entraînements, puisque je tente d’améliorer mes capacités cardiovasculaires. Aussi, je fais plusieurs exercices de musculation dans le but de renforcer les abdominaux afin d’être plus stable sur mon vélo.»

Pour sa part, le père d’Anthony, Luc Arseneau, est tout aussi heureux de cette nomination. Le directeur du développement sur route chez Cyclisme Canada sera en terrain connu à Winnipeg, puisqu’il s’est retrouvé 24 ans plus tôt dans les mêmes souliers que son fiston.

«J’ai participé aux Jeux d’été du Canada en 1993 en cyclisme et je me sens privilégié d’avoir la chance de voir Anthony y participer cette année. Nous ne sommes probablement pas les premiers à nous retrouver dans cette situation, mais je ne crois pas qu’il y ait eu beaucoup d’histoire comme la nôtre ici au Nouveau-Brunswick. C’est très spécial et je suis très content pour lui», a-t-il indiqué.

En termes de résultat, Luc Arseneau est réaliste quant à ses attentes pour son fils.

«Ça va être très difficile. Il est tellement jeune que nous avons eu à faire une demande spéciale afin de le faire participer. Les autres provinces vont arriver avec des athlètes beaucoup plus âgés, considérant que la catégorie est de moins de 23 ans. À son âge, il faut surtout qu’il s’amuse. Nous ne devons pas oublier qu’il sera éligible à un retour dans quatre ans, alors il s’agit d’acquérir de l’expérience pour cette année.»

«Toutefois, je crois qu’il est prêt. Il progresse énormément et il répond bien aux entraînements. Nous sommes très prudents avec lui pour qu’il ne saute pas d’étapes trop rapidement. Si nous pouvons le rendre à un niveau de forme assez élevé avant la compétition, il devrait bien s’en tirer. Le parcours sera assez ouvert, donc les courses seront rapides. Donc, nous le préparons spécifiquement pour ce genre de courses», a-t-il ajouté.

Au cours de ces deux semaines d’activités, le paternel souhaite avant tout que son garçon retourne à la maison avec d’aussi bons souvenirs que les siens.

«Le vélo m’a tellement apporté dans ma vie et c’est notamment grâce à ma participation en 1993. Ces Jeux m’ont ouvert plusieurs portes et j’ai réussi à faire du cyclisme mon travail de tous les jours. Je ne sais pas ce qui en sortira pour lui, mais s’il en ressort avec de bons souvenirs et une belle expérience, mon souhait sera exaucé.»