De solides performances pour Naomie Maltais et Jonathan Gionet

Naomie Maltais et Jonathan Gionet sont prêts pour les Jeux de la Francophonie. Les deux Acadiens ont livré de solides performances en fin de semaine pour conclure en beauté les Championnats canadiens d’athlétisme, qui étaient présentés à Ottawa.

Maltais a pris le 10e rang de la compétition du lancer du marteau, alors que Gionet a terminé 7e au lancer du poids.

Geneviève Lalonde, la championne canadienne du 3000m steeplechase, a pris le 5e rang du 1500m dimanche.

Sarah Macpherson, de Keswick Ridge, a terminé tout juste devant Lalonde, avec un chrono de 4m14s04c.

«Je prenais les championnats canadiens comme une préparation pour les Jeux de la Francophonie. C’était mon but de lancer au moins 50 mètres et j’ai réussi, raconte Maltais. C’est certain que j’aurais aimé faire encore mieux, mais on veut toujours lancer plus loin. La position n’était pas importante pour moi. C’était plus la distance qui comptait vraiment. Je voulais me rapprocher de mon record personnel (53,34m), mais je suis satisfaite avec 50,74m.»

Toute son attention se portera sur l’Afrique au cours des prochaines semaines, alors que les Jeux de la Francophonie prendront leur envol le 21 juillet à Abidjan.

«Je vais continuer de m’entraîner comme je le fais depuis le début de l’année et je veux aussi prendre du temps pour récupérer, mentionne l’athlète de Val-d’Amour. Je veux garder la même intensité pendant les entraînements, mais ils seront moins longs. On pense souvent que de s’entraîner plus, c’est ça qui nous aide à lancer plus loin, mais la récupération est tout aussi importante.»

Naomis Maltais a bien l’intention de revenir de l’Afrique avec une nouvelle marque personnelle et elle va prendre les grands moyens pour y arriver.

«Je veux battre mon record personnel. J’aimerais lancer 53 ou même 54 mètres. On va voir comment mon entraînement va dans les prochaines semaines, mais je pense que je suis capable», affirme l’étudiante en médecine à l’Université de Moncton.

L’athlète âgée de 24 ans a dû mettre les bouchées doubles cette saison puisque ses études ont largement empiété sur son temps d’entraînement.

«J’ai trouvé ça plus difficile cette année parce que j’ai suivi des cours plus tard. La saison était déjà rendue à la moitié et j’avais encore des cours, rigole-t-elle. Mais au cours des trois dernières semaines, je me suis plus concentrée sur mon entraînement, sur mieux dormir et mieux manger.»

De son côté, Jonathan Gionet s’est battu contre des athlètes expérimentés à Ottawa, mais aussi avec une blessure à une main. Et c’est le colosse de Bathurst qui en est sorti vainqueur.

«Il y a beaucoup de positif. Je ne peux pas chialer avec un meilleur résultat personnel cette saison. J’ai mieux performé qu’à mes deux derniers championnats nationaux. Je suis content avec 15,92m», explique-t-il.

Ce résultat le place au 7e rang au niveau national.

«Ma blessure n’a pas empiré. Je ne suis pas content, mais quand même satisfait. Ce n’est pas un record personnel, mais c’est un nouveau record du Nouveau-Brunswick», avance l’athlète âgé de 23 ans.

Comme sa collègue du lancer du marteau, Gionet placera maintenant toutes ses énergies sur Abidjan.

«Il va y avoir plus de repos que d’habitude. Le gros du travail est fait. Il reste juste à arranger des petites affaires techniques qu’on a vues dimanche.»

Jonathan Gionet a bon espoir de terminer en beauté une saison qui n’est pas la meilleure de sa carrière jusqu’à maintenant.

«Je suis exactement où je dois être avant de partir pour l’Afrique», affirme-t-il.