Moncton-Dieppe 2017: les frères Cormier vont profiter du moment

Participer aux Jeux de la francophonie canadienne c’est bien, mais le faire aux côtés de son frère, c’est encore mieux. Originaires de Moncton, Gabriel et Benoît Cormier auront la chance de vivre cette expérience unique cette semaine, alors qu’ils seront à la conquête d’une médaille d’or dans la compétition de basketball.

Pour Gabriel, âgé de 15 ans, l’important sera de vivre le moment présent. Il est bien conscient qu’il s’agit probablement de l’une des seules occasions pour lui et son frère de porter le même uniforme sur la scène nationale.

«Nous sommes très chanceux de pouvoir participer à ces Jeux, considérant qu’ils se tiennent à trois ans d’intervalle. Nous devons tirer avantage de ces moments et créer de beaux souvenirs, puisque mon frère ne sera pas éligible en 2020.»

De son côté, Benoît, l’aîné de la famille, se considère privilégié de pouvoir évoluer à domicile cette semaine.

«Je crois que nous ne réalisons pas encore à quel point nous sommes chanceux de performer chez nous à Moncton. Au début, nous étions déçus de ne pas prendre l’avion pour aller évoluer à l’extérieur de la région, mais finalement je crois qu’il s’agit d’une occasion exceptionnelle de pouvoir accueillir toutes les autres provinces sur notre territoire», indique l’athlète âgé de 17 ans.

Ces deux athlètes ont une chimie naturelle évidente sur le terrain et ils ont eu à s’adapter à leurs trois coéquipiers originaires de Bathurst afin d’assurer une cohésion d’équipe. Les nombreux entraînements ont permis de résoudre ce défi, mais il restait aussi à bien maîtriser les règles du basketball extérieur à trois contre trois.

Les deux athlètes n’avaient jamais pris part à des activités dans cette nouvelle discipline avant les qualifications pour ces Jeux. Même s’ils ne possèdent pas une grande dose d’expérience, ils assurent que les attentes demeurent élevées pour leur formation.

«Il est difficile de se faire des attentes, puisque nous ne savons pas vraiment à quoi nous attendre. Toutefois, je suis persuadé que nous avons le potentiel pour terminer sur le podium», révèle Benoit.

«Comme c’est le cas pour toutes les équipes, le but est de gagner une médaille et nous avons ce même objectif. Je pense que nous avons assurément des chances de remporter cette compétition», ajoute Gabriel.

Déterminés à impressionner leurs proches qui seront présents pour les acclamer, ils sont impatients de débuter les activités. Le grand frère résume bien leur état d’esprit à l’aube de leur premier match.

«Ça va être très plaisant, surtout que je vais jouer avec mon petit frère. Nous avons évolué ensemble toute notre vie et nous comptons bien prouver aux autres équipes que nous sommes une formation à prendre au sérieux au cours de la semaine.»

La délégation du Nouveau-Brunswick aura la chance de prouver son point à compter de mercredi, alors qu’elle affrontera la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard. En 2014, la formation s’était inclinée en finale face aux participants du Québec, récoltant du même coup la médaille d’argent.