Moncton-Dieppe 2017: une belle histoire d’amitié et de rivalité

Elles sont deux amies dans la vie de tous les jours. Mais quand elles posent les crampons sur la piste, Émily Doucet et Isabella Lemaire deviennent des adversaires redoutables. Pas le genre de rivalité malsaine qui va les inciter à se tirer les cheveux, mais plutôt celle qui les pousse constamment à se dépasser et à repousser leurs limites. Voici l’histoire de deux futures vedettes de l’athlétisme.

Les deux étaient côte à côte au départ de la course de 800m, jeudi après-midi. Et ne se sont pas lâché d’une semelle pendant toute la course.

Dans le dernier droit menant au fil d’arrivée, une poussée de dernière minute a permis à Émily Doucet de remporter l’épreuve, sous les encouragements de la foule partisane au stade de l’Université de Moncton.

Sa bonne amie a dû se contenter de la médaille de bronze.

Malgré tout, les deux athlètes affichaient un large sourire après la compétition. Les deux savaient très bien qu’il y aura bien d’autres manches dans ce duel qui semble éternel.

Isabella Lemaire réalisait qu’elle aura éventuellement la chance de savourer sa revanche.

Mais le moment appartenait à l’athlète de Richibouctou, qui venait de réussir un meilleur temps personnel, mais aussi un nouveau record des Jeux (2m21s97c).

«Ce fut vraiment difficile. La fille du Québec (Mélina Gallé) était pas mal proche. Je me suis dit que je n’allais pas la laisser gagner et je me suis poussée jusqu’à la fin», raconte-t-elle, encore à bout de souffle.

«Je suis vraiment fière de mon nouveau meilleur temps. Je voulais vraiment gagner cette course parce que je m’entraîne beaucoup dans le 800m.»

Sa stratégie était claire dès le début.

«Je voulais faire un premier tour assez rapide et essayer d’aller encore plus vite dans le deuxième. Je ne voulais pas laisser personne me dépasser. Cette médaille, c’est la plus belle chose qui me soit arrivée jusqu’à date. Je ne pensais jamais pouvoir battre le record par 10 secondes.»

La gagnante a évidemment eu une petite pensée pour sa bonne amie, qui termine au troisième rang.

«On sait qu’on est égales dans nos courses et c’est celle qui veut le plus la victoire qui va gagner», explique-t-elle.

«Aux entraînements, on est toujours ensemble. Des fois, c’est un peu plate d’être des adversaires, mais en même temps, j’aime ça avoir quelqu’un pour me pousser constamment. Je ne pense pas que je pourrais être où je suis rendue sans elle», affirme l’athlète âgée de 13 ans.

Même si elle venait de s’incliner devant sa bonne amie, Isabella Lemaire souriait à pleines dents après la course.

«Je suis très fière de moi parce que le 800m, ce n’est pas ma meilleure épreuve. J’ai eu un super bon temps comparé à d’habitude. Je suis très satisfaite de ma course», mentionne la coureuse âgée de 15 ans.

«Moi et Émily on fait partie de la même équipe d’athlétisme (ASEA) et on s’entraîne toujours ensemble. Dans certaines courses, je la bats, et dans d’autres, comme celle d’aujourd’hui, c’est elle qui a le meilleur.»

Malgré l’intensité de la compétition, il n’y a jamais d’animosité entre les deux adolescentes.

«C’est toujours amusant d’avoir une amie comme ça parce qu’on s’entraide toujours et on se pousse l’une et l’autre dans les épreuves où l’autre est moins bonne», souligne la fusée de Dieppe.

«C’est sûr qu’on veut toujours gagner et battre nos propres records sur la piste. Et c’est ça qui rend les courses encore plus plaisantes parce qu’on a plus de compétition. Quand elle gagne, je suis très fière pour elle, mais c’est sûr que j’aurais aimé la battre.»

Peut-être la prochaine fois…