Moncton-Dieppe 2017: un duo imbattable au badminton

Les Jeux de la francophonie canadienne ne sont pas qu’une occasion pour les jeunes athlètes francophones d’un bout à l’autre du pays de se rencontrer, d’échanger et de créer de nouvelles amitiés. Ils peuvent aussi permettre à des jeunes d’une même province de fraterniser et même de faire équipe.

C’est le cas d’Abigail Pelletier, de Dalhousie, et de Cloé Delaquis, de Saint-Jean.

Les deux athlètes ne se connaissaient même pas en février quand on a mis sur pied l’équipe qui allait représenter le Nouveau-Brunswick aux Jeux de la francophonie canadienne en badminton.

Elles sont pourtant devenues des partenaires sur le terrain et des amies dans la vie de tous les jours.

«C’est sûr qu’on ne se connaissait pas trop au début parce qu’on n’avait jamais joué ensemble. Mais ça va de mieux en mieux», raconte Abigail Pelletier.

En Cloé Delaquis, l’athlète âgée de 18 ans a retrouvé un peu d’elle-même.

«J’aime gagner. Je ne vais jamais lâcher. Je ferais n’importe quoi pour essayer de gagner. Comme Cloé», ajoute-t-elle.

Celle qui se joindra à l’équipe de cross-country de l’Université de Moncton en septembre espère se tailler un poste avec l’équipe des Jeux d’hiver du Canada de 2019 à Red Deer, en Alberta.

«Si je travaille sur mes faiblesses (ses déplacements notamment), c’est certainement possible. J’ai beaucoup de cardio parce que je fais du cross-country, mais je dois travailler sur ma vitesse», mentionne l’élève de 12e année à l’école Aux Quatre Vents.

Cloé Delaquis pense aussi que ce fut un éclair de génie de réunir les deux joueuses pour les compétitions de double.

«Nous sommes meilleures en double qu’en double mixte. C’est pour ça que Nicolas (Godin) a décidé de nous placer ensemble. Nous avons une très bonne communication sur le terrain. Nous sommes aussi deux filles persévérantes», mentionne l’athlète âgée de 16 ans.

L’entraîneur acadien assure que c’est le travail acharné de ses deux protégées qui leur permet d’aspirer à une médaille cette semaine.

«Je pense qu’on voit la chimie. Les deux sont un peu têtues et elles veulent gagner. Elles vont pas mal bien ensemble», rigole-t-il.

«Les deux ont une grosse force de caractère et elles sont excellentes techniquement. Ce sont également des athlètes qui veulent constamment relever de nouveaux défis. Ça, c’est quelque chose que j’aime beaucoup», mentionne l’entraîneur originaire de Notre-Dame-des-Érables.

«Elles sont en train de démontrer qu’elles veulent avancer dans le badminton.»

Cloé Delaquis et Abigail Pelletier seront assurément deux athlètes qu’on devra avoir à l’oeil au cours des prochaines années.

Le duo acadien est toujours invaincu après les cinq premières parties de la ronde préliminaire.