Soccer: les Aigles Bleus ne veulent pas revivre 2016

Florian Ntima-Nsiemi est un optimiste, mais aussi un réaliste. S’il entrevoit le futur avec confiance, pas question de se cacher la tête dans le sable. Une saison de 1-10-1, c’est tout simplement inacceptable et l’entraîneur va s’assurer de passer clairement le message à ses joueurs à l’aube de la nouvelle campagne.

«On veut leur faire comprendre qu’une saison comme la dernière peut arriver, mais ça ne doit pas être la norme pour les Aigles Bleus», affirme-t-il.

«On est conscient que c’est un défi, mais il faut assumer ses résultats. Nous avons été la raison de ces résultats. Notre but est de changer tout ça.»

Comme les changements seront peu nombreux au sein de l’équipe, c’est au niveau des mentalités que les entraîneurs devront jouer. Voilà pourquoi des valeurs comme le travail et la détermination seront au coeur du renouveau attendu du Bleu et Or, pense l’entraîneur.

«Notre objectif est de continuer à aller de l’avant et ultimement, de traduirre le travail qu’on fait derrière la scène au classement, précise-t-il. C’est la raison pour laquelle travaille énormément hors saison et c’est pourquoi on a demandé aux jeunes joueurs de s’impliquer avec le First Touch de Codiac durant l’été.»

Cela dit, Florian Ntima-Nsiemi reste optimiste quant à la suite des choses.

«Tout va dépendre de l’approche que les gars auront dès le début et comment on va gérer les moments difficiles de la saison. C’est ça qui nous dira si la progression sera rapide ou lente. La vérité, on la saura très bientôt.»

La bonne nouvelle, c’est que le noyau de l’équipe sera formé de joueurs de deuxième et de troisième années, donc des athlètes qui ont plus d’expérience qu’en 2016.

«On s’attend à ce que nos vétérans puissent mieux gérer les moments importants des matchs déterminants comme nous avons eus à la fin de la saison dernière, avance-t-il. On veut que dans leur tête, les joueurs soient dédiés à la tâche et à la cause, que ce soit un joueur de première année ou d’un vétéran. Ils doivent répondre à nos exigences sur le terrain et en dehors.»

Le sélectionneur de l’U de M prône donc la patience à la deuxième année de son règne.

«On sera similaire en terme de talent, mais je pense que nous serons plus complets à chaque position. Mais en général, on sera plus jeune.»

Deux athlètes ont quitté le nid, soit le défenseur Samuele Acca et l’attaquant Christian Yapi.

Par contre, six joueurs vont se greffer au noyau, soit le gardien Christian Masimengo (Dieppe), les arrières Tarik Nait Ajjou (Dieppe) et Gershome Mambo (Moncton), de même que les attaquants Thomas Maillet (Moncton), William Gallant (Bathurst) et Félix Robichaud (Tracadie).

L’entraîneur a une très haute opinion de ses nombrils verts.

«Ce sont des garçons très disciplinés, qui ont grandi avec le soccer dans la province. Ils connaissent déjà plusieurs joueurs de l’équipe, ayant joué avec eux et contre eux en grandissant, même s’ils étaient plus jeunes.»

Une chimie qui devrait se traduire par une belle stabilité dans l’équipe.

«L’an passé, on voulait surtout restaurer la culture et retourner à des valeurs de travail et d’éthique. L’important, c’était vraiment notre nouvelle méthode de travail. On veut maintenir ça»

L’enseignement sera évidemment partie intégrante de la mission de l’entraîneur au cours des prochaines semaines.

«C’est de faire comprendre aux athlètes notre structure, la manière dont on va travailler et pourquoi on travaille de cette façon-là. On veut un travail dans la continuité, pas seulement d’une saison à l’autre, mais à l’intérieur d’une même saison. On ne considère pas que la saison c’est  juste l’automne. C’est un processus annuel. Notre saison a véritablement commencé en janvier et elle se terminera en novembre. »

Le camp débute le 21 août, alors que le premier match de la saison régulière est prévu pour le 10 septembre, alors que les Panthers de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard seront de passage au stade de l’U de M.