William Basque veut en donner plus aux Olympiques

Désormais un jeune vétéran chez les Olympiques de Gatineau, William Basque s’est évidemment fixé des objectifs plus élevés pour sa deuxième campagne dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Le Tracadien veut contribuer davantage sur le plan du leadership, être plus généreux avec ses coups d’épaule dans les coins de patinoire et convaincre l’entraîneur Éric Landry qu’il mérite une place au sein de la troisième unité offensive. Et si jamais les étoiles peuvent s’aligner comme il faut, pourquoi pas une invitation à un camp professionnel dans un an.

En 60 parties la saison dernière, Basque a compilé une fiche de 3 buts et de 4 assistances.

Le joueur de centre de 6 pieds 2 pouces et 208 livres dit avoir mis les bouchées doubles cet été pour améliorer ce qu’il considérait comme son principal défaut, soit son coup de patin.

«J’ai travaillé fort là-dessus parce que je savais que c’était la chose à faire. Bien sûr, il y a encore place à l’amélioration, mais je me sens plus rapide. À ce niveau, tu te dois d’avoir un bon coup de patin pour jouer», souligne Basque, qui ajoute que ses efforts devraient aussi lui permettre d’être plus efficace en protection de rondelle.

En ce qui concerne ses objectifs d’équipe, Basque croit que son équipe peut surprendre même si le joueur étoile Vitali Abramov (46-58=104) a déjà fait savoir à l’organisation qu’il préférait poursuivre son développement en Europe, plutôt que de revenir disputer une troisième campagne à Gatineau.

N’empêche que Mitchell Balmas, Shawn Boudrias, Jeffrey Durocher et le Russe Mikhail Shestopalov, pour ne nommer que ceux-là, sont tous en mesure de contribuer à ce niveau. Sans oublier que la défensive compte sur trois arrières capables de soutenir l’offensive en Alex Breton, Will Thompson et Gabriel Bilodeau.

«Si jamais Abramov décidait de revenir, ce sera très bien, dit-il. Sinon, nous devrons travailler plus fort pour combler sa perte.»

Une chose est sûre, à défaut d’un Abramov pour mener l’attaque, les Olympiques auront les éléments pour tenir leur bout dans le trafic et les coins de patinoire. Plusieurs d’entre eux, dont Basque, du haut de ses 6 pieds 2 pouces et 208 livres, ont quitté les vêtements de taille petite depuis déjà un bout de temps. En fait, la majorité du club mesure plus de 6 pieds et fait osciller le pèse-personne au-delà des 180 livres.

«Nous sommes gros et rapides. Nous voulons aller le plus loin possible selon notre potentiel», mentionne le jeune Acadien, qui s’est par ailleurs dit fort heureux que son bon ami et compatriote Marc-André LeCouffe soit parvenu à se tailler une place avec le Titan d’Acadie-Bathurst.

«Je suis très content pour lui. C’est plaisant de savoir que je ne suis pas le seul de mon coin qui joue dans la ligue», confie-t-il.

Pour ceux et celles que ça intéresse, notons que seules les municipalités de Saint-Jean (4) et Moncton (3) comptent plus de joueurs néo-brunswickois que de joueurs originaires de Tracadie dans la LHJMQ. Ce n’est pas rien.

En 60 rencontres, William Basque a obtenu trois buts et quatre passes pour un total de sept points. Notons que son premier but a été inscrit avec l’aide d’un lancer de punition au Harbour Station de Saint-Jean.