Une compétition de bûcheron? De la petite bière pour Olivier Babineau

Un peu plus et on devra l’appeler Daniel Boone!

Olivier Babineau est un gars polyvalent. La course, le soccer, les raquettes, les patins et les skis de fond, c’était déjà quelque chose. Il faut maintenant ajouter la hache, la drave et la scie à son arsenal.

Nommez les différents types de course, l’athlète âgé de 30 ans les a probablement tous essayés.

En fin de semaine dernière, il a ajouté une autre corde à son arc en participant au Northman Race de Val-Morin, au Québec.

Cette course en sentiers hybride de 8 km comprend toutes sortes d’obstacles et d’épreuves qui rappellent la belle époque des bûcherons et des draveurs. L’événement était organisé par l’ancien membre de l’équipe nationale de biathlon, Marc-André Bédard, dans un parcours situé autour du Mont Belle-Neige.

«L’idée est d’honorer nos ancêtres, de faire des choses que nos grands-parents faisaient, comme couper du bois, lancer une hache ou sauter des obstacles», raconte celui qui est kinésiologue à Ottawa.

Ils étaient donc près de 300 (dont une quarantaine dans le groupe élite) à courir dans les sentiers, draver la pitoune, grimper les arbres, transporter des barils, scier du bois ou lancer une hache.

Les traditionnelles vestes à carreau étaient évidemment au rendez-vous pour tous les participants, tout comme le déjeuner avec gaufre et sirop d’érable.

La course de 8 km comprenait un total de 30 obstacles, qui permettaient de retrancher des secondes au temps final des participants en cas de réussite.

À la suite d’un complexe calcul de temps, de déductions et d’ajouts, le grand gagnant de la catégorie élite a été… Olivier Babineau!

Ce résultat n’a rien d’étonnant, puisque le menu annuel de l’Acadien de Moncton comprend des courses en sentier, des compétitions sur route, des courses à obstacles, des courses en patins, en ski de fond et en raquettes.

Une compétition de bûcheron, c’est donc pour lui de la petite bière.

«Je voulais faire des courses à obstacles cet été, mais les dates n’adonnaient pas toujours. Je voulais aussi participer à celle-là pour encourager mon ami Marc-André, raconte-t-il. On s’adapte à un nouveau sport avec le changement des saisons. Ce sont tous des beaux sports. Moi, tout ce qui est endurance, j’adore ça.»

Cela dit, Babineau débarquait pratiquement dans les Laurentides en touriste. Mais quand le coup de départ a été donné, sa nature compétitive a rapidement pris le dessus.

«J’y allais plus pour m’amuser, mais quand j’arrive sur place, je donne pas mal tout ce que j’ai. Je savais que le podium était réalisable, mais je ne pensais pas que je pouvais aller chercher la victoire.»

Il a tellement aimé son expérience qu’il songe à organiser un événement similaire au Nouveau-Brunswick au cours des prochaines années.

Sauf qu’il n’a pas tellement eu le temps d’en discuter avec ses collègues, puisqu’il a sauté dans un avion dès la fin de la course pour participer au championnat canadien de soccer senior avec les Picaroons de Fredericton, qui se déroule présentement à Surrey, en Colombie-Britannique.

Un gars occupé, ce Daniel Boone!