Taekwondo: la preuve qu’attendait Emmanuelle Boudreau

Emmanuelle Boudreau se doutait bien qu’elle pouvait tenir son bout face aux meilleures athlètes du monde. Elle en a maintenant la certitude.

L’athlète de Dalhousie Junction a fait le plein de médailles et de confiance la semaine dernière à Montréal, lors de deux compétitions internationales de taekwondo.

Après un passage difficile aux Universiades de Taïwan (en août) et aux championnats du monde (en juin à Muju, en Corée du Sud) cet été, la jeune femme âgée de 22 ans a démontré tout son talent dans la métropole québécoise.

Elle a d’abord remporté une médaille d’argent lors de la compétition Commonwealth Open, avant de monter sur la troisième marche du podium deux jours plus tard à l’occasion du Canada Open. Les deux événements ont eu lieu sur les matelas du Centre Claude-Robillard.

C’est donc une Acadienne rayonnante qui est rentrée au bercail.

«Au niveau international, je sais que je peux atteindre les podiums. Après les Universiades et les championnats du monde, je doutais de pouvoir compétitionner à ce niveau-là. Mais en fin de semaine, j’en ai eu la preuve», affirme-t-elle.

«Après plusieurs défaites, ta confiance peut être un peu ébranlée. Ça peut paraître cliché, mais ça m’a aussi montré à ne jamais lâcher jusqu’à la dernière seconde dans un combat. C’est certain que ces deux compétitions m’ont redonné la confiance de continuer», avance celle qui poursuit ses études en kinésiologie à l’Université d’Ottawa.

Sa belle semaine a débuté mercredi dernier, alors qu’elle s’est faufilée jusqu’en finale face à l’Australienne Kate Mcadam.

«Le combat a été serré, mais elle a marqué quelques points vers la fin avec des coups de  pieds. J’ai essayé de me rattraper, mais j’ai commis plusieurs erreurs. Ce n’était pas ma meilleure performance, mais je suis quand même contente.»

En fait, c’est surtout son combat de demi-finale face à Chelsea Hobday (Australie) dont elle est le plus fière.

«Elle était en avance de trois points et il restait 48 secondes. J’ai fait deux points et dans les trois dernières secondes, j’ai fait une manoeuvre qui m’a permis de gagner avec trois autres points», raconte celle qui pratique le taekwondo depuis l’âge de 4 ans.

Sa seconde médaille, elle l’a obtenue lors du Canada Open, une autre compétition de niveau international.

«J’avais bon espoir de bien faire à cette compétition parce que mon entraîneur habituel (Patrick Soucy) était avec moi», explique Emmanuelle Boudreau.

Elle a finalement mis la main sur le bronze après sa victoire arrachée à Megan Lawrence (Trinité et Tobago).

«C’était la première fois que je me battais contre une fille aussi physique que ça», dira-t-elle.

L’Acadienne termine donc sa saison 2017 sur une très belle note. Et si elle prévoit se reposer un peu au cours des prochains mois, l’athlète pense déjà aux prochaines étapes de sa carrière. Elle aura notamment rendez-vous avec les meilleurs de la planète en février 2018, à l’occasion du US Open, qui se déroulera à Las Vegas, aux États-Unis.

«Je veux me battre contre les meilleures et je vise un podium à cette compétition-là», annonce-t-elle.

À plus long terme, elle aimerait bien recevoir une invitation pour participer à la prestigieuse série des Grands Prix de taekwondo.

Et les Jeux olympiques?

«Pour l’instant, je me concentre plus sur ma carrière et sur mes études. Mais si j’ai des bons résultats et que j’ai la chance d’aller aux sélections pour les jeux, c’est sûr que je vais travailler en fonction de ça.»