Un début de saison canon pour Mika Cyr

La question était un peu loufoque. «Si je t’avais dit au premier jour du camp d’entraînement que tu serais au premier rang des meilleurs buteurs et des meilleurs pointeurs de la LHJMQ après les neuf premières parties de l’équipe, est-ce que tu m’aurais cru?» La réponse l’était tout autant. «Ben sûr que oui!»

Mika Cyr respire le bonheur depuis le début de la campagne 2017-2018. Avec sa fiche de 8 buts et de 15 points, il domine tous ses collègues du circuit Courteau.

Mieux encore, le patineur de Sainte-Anne-de-Madawaska permet à ses Wildcats de Moncton de trôner au sommet du classement général, avec un dossier reluisant de 6-1-2 pour 14 points.

La troupe de Darren Rumble devance les Remparts de Québec (6-1-0, 12 points) par deux points, sauf que la formation québécoise détient deux parties de plus à disputer que sa rivale.

L’athlète âgé de 18 ans forme un trio explosif avec Jeremy McKenna (5 pieds 10 pouces et 182 livres, fiche de 7-7=14 pts en neuf rencontres) et la recrue Jakob Pelletier (5 pieds 8 pouces et 154 livres, fiche de 4-7=11 pts en neuf rencontres) depuis quelques parties.

Quand lui parle de son début de saison canon, le joueur de centre esquive habilement les questions.

«Je ne veux pas trop regarder ça, je préfère m’attarder aux succès de l’équipe en premier. Je pense que si les succès de l’équipe sont là, les points vont venir avec. Je ne peux pas être plus content de la façon dont l’équipe joue présentement, affirme-t-il. Quand on joue bien dans notre zone, ça nous permet de passer plus de temps dans le terrain de jeu (la zone offensive).»

Le jeune acadien parle d’une combinaison magique avec McKenna et Pelletier. L’entraîneur-chef Darren Rumble peut se féliciter jusqu’à maintenant d’avoir réuni les trois petits patineurs (Cyr est 5 pieds et 7 pouces, McKenna est 5 pieds 8 pouces et Pelletier est 5 pieds 8 pouces) au sein d’une même unité offensive.

«C’est sûr que je veux quand même produire parce que c’est mon rôle dans cette équipe. Ça n’a pas d’importance dans le hockey d’aujourd’hui qu’on soit petits parce que tout est basé sur la vitesse. Je pense que nous sommes trois gars rapides et intelligents.»

L’ancien des Commandos de Dieppe (en 2015-2016, fiche de 9-8=17 en 28 rencontres en saison régulière et de 7-5=12 en 19 parties en séries) affirme être un joueur plus mature cette saison.

Son entraîneur semble du même avis. C’est d’ailleurs pourquoi il a fait du numéro 24 un capitaine adjoint.

«Même si je n’avais pas de lettre sur mon chandail, je ne changerais rien à mon jeu. Je serais quand même un leader et un bon coéquipier. Mais c’est sur qu’en ayant une lettre, je dois montrer l’exemple.»

De son propre aveu, Mika Cyr est un athlète transformé. Sa confiance crève les yeux.

«Je ne suis pas le même joueur que l’an passé. Je trouve que je suis meilleur dans ma zone. Comme l’entraîneur le dit, un bon joueur va toucher à la rondelle pendant environ une minute pendant un match. Ça veut dire que tu dois savoir comment te placer sur la glace sans la rondelle.»

«Je n’avais pas prévu faire jouer mes trois plus petits joueurs ensemble, mais la chimie entre les trois est incroyable. Je serai fou de les séparer, lance Darren Rumble en pouffant de rire. Je ne suis pas surpris. J’ai toujours su que Mika est un bon joueur. Il récolte des points parce qu’il joue de la bonne façon. Il est responsable sur la glace et il travaille sans relâche.»

Mika Cyr rêve d’atteindre le niveau professionnel. Il ne pouvait donc choisir une meilleure année pour éclore puisqu’il sera éligible pour le repêchage de la Ligue nationale de hockey en juin 2018. L’encan aura lieu à Dallas, au Texas.