Crashed Ice: Samuel Nadeau prendra le relais

Bruno Richard ne sera plus là, mais le Nouveau-Brunswick continuera bel et bien d’être représenté sur le circuit de la Coupe du monde de Red Bull Crashed Ice. Le jeune Samuel Nadeau prendra le relais et il a bien l’intention d’en mettre plein la vue.

Nadeau, âgé de seulement 21 ans, a obtenu des laissez-passer pour les épreuves de St. Paul, au Minnesota (19-20 janvier), et de Jyväskylä-Laajis, en Finlande (2-3 février), en raison de sa troisième place au classement mondial junior en 2016-2017.

Et si tout va bien – un top 16 dans l’une des deux courses -, il serait du même coup pratiquement assuré d’obtenir sa place pour les deux autres épreuves de la saison qui seront présentées à Marseille, en France (16-17 février) et à Edmonton (9-10 mars).

Toutefois, dans le cas d’Edmonton, il pourrait aussi se qualifier avec une belle prestation à l’épreuve de Coupe Riders de La Sarre le 3 mars.

«Ça risque d’être pas mal plus difficile que l’an dernier, mentionne l’acrobate d’Atholville. Avec les gars de mon âge, je savais que je pouvais bien faire. La compétition était moins féroce et mes objectifs étaient donc plus élevés. J’aborde la saison avec l’idée de m’amuser et de donner tout ce que je peux. Je crois sincèrement que je suis capable de réussir un top 25 à St. Paul. C’est une piste technique et c’est ma force.»

«Je n’ai pas froid aux yeux et j’aime le rush d’une telle descente. Tu prends ton souffle en haut et tu expires une fois rendu en bas», image-t-il.

Son mentor Bruno Richard partage le même avis là-dessus. Même qu’il voit plus loin encore pour son poulain au Minnesota.

«Je ne serais pas surpris d’un top 16, dit-il. Techniquement, Samuel est déjà très fort, beaucoup plus fort que je ne l’ai jamais été. Sur les pistes techniques, que ce soit pour sauter ou encore pour aller chercher de la distance sur les sauts, c’est une machine.»

«Il n’est pas encore du niveau des meilleurs au monde, mais il n’est pas très loin», affirme Richard.

«St. Paul, c’est la piste la plus dangereuse du circuit, particulièrement avec le départ. C’est là que Marie-Hélène Plourde et Tanya Paradis ont eu la peur de leur vie. Samuel, lui, ce genre de piste, ça l’avantage», révèle Bruno Richard.

«De plus, le fait que les frères Moriarity (Dean et Dylan) ne seront pas là cette saison, c’est un autre élément qui devrait aider Samuel à assurer sa place pour les autres compétitions», ajoute-t-il.

Les Moriarity, de même que le Français Martin Barrau, ont été embauchés par le Cirque du Soleil pour Crystal, un nouveau spectacle consacré aux prouesses sur glace.

Par ailleurs, Samuel Nadeau a tenu à souligner qu’il aura besoin de bons commanditaires pour l’aider à poursuivre son rêve. Sinon, il pourrait bien décliner l’idée de se rendre à Jyväskylä-Laajis.

«Rien que le billet d’avion pour me rendre en Finlande, c’est plus de 1000$. Et comme je dois être là pour presque une semaine, il y a donc aussi plusieurs jours d’hôtel à payer. Tout va dépendre des commandites», mentionne-t-il.

Avis aux mécènes intéressés.

Calendrier 2017-2018

16 décembre – Wagrain-Kleinarl, Autriche (Coupe Riders)

19-20 janvier – Saint Paul, États-Unis (Red Bull Crashed Ice)

27 janvier – Russie (Coupe Riders)

2-3 février – Jyväskylä-Laajis, Finlande (Red Bull Crashed Ice)

10 février – Saariselka, Finlande (Coupe Riders)

16-17 février – Marseille, France (Red Bull Crashed Ice)

24 février – Minnesota, États-Unis (Coupe Riders)

3 mars – La Sarre, Québec (Coupe Riders)

9-10 mars – Edmonton, Alberta (Red Bull Crashed Ice)