Ironman: Vincent Légère retournera à Hawaï

Il y a deux façons de réagir quand on faillit à la tâche. On peut abandonner ou encore on peut redoubler d’effort et retenter le coup. Vincent Légère a choisi la deuxième option. Grand bien lui fit.

Un an après avoir raté sa qualification pour les Championnats mondiaux d’Ironman de 2017 à Kailua-Kona, sur l’île de Hawaï, le triathlète de Dieppe a vu son acharnement être récompensé, le week-end dernier, lors du Ironman de la Floride.

En y allant d’un chrono de 9h19m40s (1h00m54s, 3,8 km de nage; 5h01m05s, 180,2 km de vélo; 3h10m19s, 42,2 km de course), Vincent Légère a ainsi obtenu son laissez-passer pour les Mondiaux de 2018.

Pour cet athlète âgé de 43 ans, il s’agira d’une troisième visite à Kailua-Kona après 2013 et 2015. Ce n’est pas rien.

«Obtenir cette qualification a été mon objectif pendant toute la dernière année, affirme le sympathique quadragénaire. Je n’ai pas réussi l’an dernier et j’ai abordé la course de samedi avec le sentiment que j’avais quelque chose à prouver.»

À sa défense, il faut dire qu’il était handicapé par une blessure à une cheville il y a un an.

«C’est évident que ça m’a affecté et pour les trois disciplines en plus. J’ai même raté six semaines d’entraînement à cause de ça. Une blessure à une cheville, dans notre sport, c’est très gros. Mais là, je suis en santé et j’ai vraiment tout donné. En fait, j’ai tellement forcé que j’ai eu de la misère à terminer la course. J’ai vraiment été à ma limite», raconte-t-il.

Vincent Légère profite maintenant d’un repos de quelques jours bien mérité en Floride, lui qui a aussi pris part à deux demi-Ironman et quelques triathlons dans les derniers mois.

«Je vais seulement reprendre l’entraînement de façon plus sérieuse après le Super Bowl, dit-il. Mon plan, avant les Mondiaux d’Hawaï, est de participer à deux demi-Ironman. C’est garanti que je vais faire celui de St. Andrews et pour l’autre, j’hésite entre Montréal et le Maine. Je vais aussi faire probablement deux triathlons, dont celui de Beresford», confie-t-il.

Quels sont ses objectifs pour les Mondiaux de 2018?

«Aucun!», rétorque-t-il d’un ton assuré.

«Je veux juste aller là-bas et avoir du plaisir. Il n’est pas question de me mettre de la pression inutile. C’est toute la crème, le 1% des triathlètes qui se retrouve là. Je serai juste content de le compléter», révèle Légère dont la feuille de route comprend, entre autres, huit Ironman, une vingtaine de demi-Ironman, plus de 50 triathlons, ainsi que plusieurs demi-marathons et des courses de plus petites distances.