Hockey universitaire: Ève LeBlanc a préféré les Huskies aux Aigles Bleues

Quatre formations universitaires, dont les Aigles Bleues de l’Université de Moncton, tentaient de convaincre la hockeyeuse Ève LeBlanc de joindre leur programme à temps pour la saison 2018-2019. L’arrière de Petit-Rocher a finalement pris une décision et son choix s’est tourné vers les Huskies de Saint Mary’s.

Outre les Aigles Bleues, les Panthers de l’Île-du-Prince-Édouard et les Cadets de l’Université Norwich, au Vermont, étaient aussi sur les rangs.

«Je suis excitée à l’idée de me joindre aux Huskies, affirme-t-elle. C’est une équipe qui possède une bonne réputation et qui a gagné le SUA les deux dernières années. J’espère que j’aurai moi aussi la chance de prendre part au Championnat canadien avec les Huskies.»

Les Huskies sont effectivement bien cotés pour la qualité de son programme de hockey féminin. Depuis la saison 1997-1998, les Huskies ont remporté le titre du SUA à six reprises.

Ce n’est qu’après le Championnat canadien U-18 présenté au Pavillon de la jeunesse de Québec, du 1er au 5 novembre, que les Huskies ont manifesté leur intérêt pour la première fois.

«L’entraîneure adjointe de l’équipe, Amanda Boulegon, est également adjointe chez les Huskies et elle m’a parlé du programme après le National. Par la suite, l’entraîneur-chef Chris Larade m’a contacté pour m’en parler à son tour. Ce n’est que lundi dernier que j’ai enfin décidé d’accepter leur offre», raconte la hockeyeuse de 5 pieds 4 pouces et 147 livres.

LeBlanc, qui est âgée de 17 ans, évolue en Ontario depuis maintenant cinq ans. Elle s’y est amenée en même temps que son entraîneur de père, Charles LeBlanc, en 2013, avec la Ontario Hockey Academy, une école préparatoire basée à Cornwall.

Si le paternel est depuis revenu en Acadie, elle a préféré rester une année supplémentaire afin d’étudier à temps partiel à l’Université d’Ottawa. De plus, ça lui permet d’évoluer avec les Lady Sens d’Ottawa dans la Ligue junior de l’Ontario.

Selon elle, le calibre de jeu qu’on y retrouve va mieux la préparer à ce qui l’attend dans le circuit du Sport universitaire de l’Atlantique.

«C’est clair que l’exécution et la vitesse seront plus rapides dans le SUA. La compétition sera également plus élevée. Mais en même temps, le circuit junior pour lequel joue joue actuellement est un bon niveau de jeu et ça me prépare bien pour le hockey universitaire. Nous disputons plusieurs matchs. Avec les tournois, j’ai déjà joué plus de 30 parties cette saison», mentionne celle qui entamera des études en biologie avec une mineur en psychologie.

LeBlanc n’est pas la seule Néo-Brunswickoise qui se joindre à l’équipe la saison prochaine puisque l’attaquante Sydney England, de Chamcook, a elle aussi accepté l’offre des Huskies. Elles iront donc rejoindre leur bonne amie Brooke Murphy qui y dispute déjà sa deuxième saison. LeBlanc et Murphy ont d’ailleurs représenté le Nouveau-Brunswick aux Jeux d’hiver du Canada de Prince George en 2015. On retrouvait aussi la gardienne Marlène Boissonneault, de Dundee, et l’arrière Marie-Jo Pelletier, de Dalhousie, au sein de cette équipe.