Asselin avait demandé d’être échangé à un prétendant aux grands honneurs

C’est fou ce que le hasard peut parfois te réserver.

Mercredi matin, Samuel Asselin commençait à se faire à l’idée qu’il ne quitterait finalement pas Shawinigan malgré son désir de jouer pour un prétendant aux grands honneurs. À quelques jours de la fermeture des marchés, le capitaine des Cataractes croyait que dans son cas les jeux étaient faits.

Pourtant, quelques heures plus tard, non seulement son vœu est-il exaucé, mais il apprend du même coup qu’il va retrouver l’un de ses meilleurs amis en Olivier Galipeau, acquis la veille par la même équipe. Mais le plus troublant, c’est qu’il a été échangé pour Olivier Desroches qui, comme lui, est un client de l’agent Mathieu Curadeau, lui-même un ex-joueur du Titan.

Âgé de 19 ans, Asselin se présente à Bathurst doté d’une solide réputation comme fabricant de jeu et de spécialiste, un autre, dans le cercle des mises au jeu. Il peut aussi contribué dans les unités spéciales, que ce soit en supériorité ou en infériorité numérique.

Avant que la dernière période des transactions ne débute, le patineur de 5 pieds 10 pouces et de 181 livres avait rencontré le directeur général Martin Mondou afin de signifier son intérêt de se retrouver sous d’autres cieux. Rien d’officiel toutefois, mais il tenait à faire savoir au patron qu’il ne serait pas mécontent d’avoir l’opportunité de batailler pour la coupe du Président.

«Pour être franc, je ne m’attendais plus à être échangé. Je trouvais qu’il commençait à se faire tard. C’est pourquoi cette transaction m’a malgré tout pris un peu par surprise», dit-il.

Si Bathurst est l’une des destinations qui l’intéressaient fortement, il est maintenant doublement heureux de savoir qu’il allait poursuivre l’aventure du junior majeur en compagnie de l’un de ses bons potes, Olivier Galipeau.

«Nous venons du même coin et nous allions à la même école. Nous avons aussi joué ensemble dans le bantam AA avec les Pionniers de Lanaudière. C’est vraiment un bon ami à moi», confie-t-il.

«Et je vais te dire, c’est plus plaisant de jouer avec lui que contre lui», ajoute avec humour l’auteur de 31 points (9-22) en 38 parties.

Lorsque l’auteur de ces lignes lui a fait savoir que l’entraîneur Mario Pouliot envisageait de l’utiliser en compagnie de German Rubtsov et Jeffrey Viel, Asselin en a presque ronronné de bonheur.

«J’ai discuté avec Mario mais il ne m’a pas parlé de trio. Il m’a surtout dit qu’il était content de mon acquisition parce que j’apportais de l’expérience et que j’allais améliorer encore plus la profondeur de l’équipe. Rubtsov et Viel sont deux joueurs qui ont fait leur marque dans la ligue et ce serait plaisant de jouer avec eux. Cela dit, mon seul objectif pour l’instant est de m’assurer de bien jouer parmi tous les gros noms qui se trouvent dans cette équipe», confie Asselin.

Le hockeyeur originaire de L’Assomption espère aussi que son passage à Bathurst lui permettra de capter l’attention d’une équipe de la Ligue nationale.

«C’est l’un de mes objectifs, mentionne-t-il. Je viens de quitter un club de bas de peloton pour me joindre à une équipe à maturité qui veut aller jusqu’au bout. Je vois ça comme un second souffle pour ma carrière. J’espère ainsi tomber dans l’oeil d’un club de la LNH.»

Sans que la question ne lui soit posée, Asselin avait par ailleurs un truc à dire au sujet d’Evan Fitzpatrick, un portier qu’il a affronté à plusieurs reprises au cours des dernières saisons. À l’évidence, il voue un grand respect à son nouveau coéquipier.

«Le Titan a un bon gardien avec Evan. Je me souviens encore très bien à quel point il avait été excellent contre nous il y a deux ans dans les séries éliminatoires. Il n’a pas été repêché en deuxième ronde (Blues de St. Louis) de la Ligue nationale pour rien. D’accord qu’il n’a pas la saison qu’il s’attendait, mais je suis convaincu que le changement de décor va l’aider», souligne Samuel Asselin.

Desroches prêt pour un nouveau défi

Le défenseur Olivier Desroches s’est dit attristé de quitter Bathurst, où le choix de deuxième ronde (34e au total) dit avoir noué des liens étroits avec plusieurs coéquipiers ainsi qu’avec les gens de sa pension.

«C’est plate de quitter le Titan. C’était toute une équipe autant sur la glace qu’à l’extérieur de l’aréna. Mes coéquipiers, ma pension et les entraîneurs ont été extraordinaires avec moi», indique le jeune athlète âgé de 16 ans.

«Cela dit, je suis prêt pour ce nouveau défi. Les Cataractes sont une organisation de première classe et je serai vraiment fier de porter leurs couleurs», a déclaré Desroches.

En 28 parties, Desroches a amassé cinq mentions d’aide et présenter un différentiel de +6. Selon le directeur général Sylvain Couturier, Desroches était en grande demande auprès des autres formations du circuit.

Notons que Samuel Asselin et Olivier Desroches sont tous deux représentés par Mathieu Curadeau du Groupe Kam Sports.

Parmi les autres joueurs faisant partie de cette écurie, on retrouve entre autres l’ex-attaquant des Wildcats Derek Dicaire et Nathan Légaré, tous deux avec le Drakkar de Baie-Comeau, Brooklyn Kalmikov, des Screaming Eagles du Cap-Breton, Simon Lafrance, des Tigres de Victoriaville, Olivier Mathieu, des Remparts de Québec, Samuel Houde et Alexis Shank, des Saguenéens de Chicoutimi, et Nicolas Ouellet, des Foreurs de Val-d’Or.